Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 23.05.2014   Retour à l'aperçu

Les Méthodistes posent un pied en Chine

Photo de Mike DuBose, UMNS  Des paroissiens prient pendant le culte à l'église Chongwenmen à Beijing. Le Conseil mondial de la Mission de l’EEM (GBGM) a nommé un nouvel associé au Programme Chine, Liu Ruhong, qui travaillera avec les partenaires de la dé[Credits] Linda Bloom

Depuis plusieurs décennies, Liu Ruhong supervisait les méthodistes unis qui venaient en Chine pour enseigner l'anglais ou travailler comme bénévoles à court terme à travers la Fondation à but non lucratif Amity.

Maintenant, elle travaille pour l'Église elle-même.

En mars, Liu s'est jointe au personnel du Conseil mondial de la mission de l’EEM (GBGM) comme son nouvel associé au Programme Chine - la première citoyenne chinoise à occuper ce poste et la première à être basée en Chine. De Nanjing, elle aidera le bureau Asie-Pacifique de la commission dans son travail avec les partenaires de la mission en Chine continentale, Taiwan et Hong Kong.

George Howard, qui dirige l’unité Mission et Évangélisation au GBGM, s'attend à ce que la connaissance de Liu avec ses deux principaux partenaires de la mission en Chine - la Fondation Amity et le Conseil chrétien de Chine - multiplie les possibilités de service.

L’ÉGLISE EN CHINE

LE PROTESTANTISME est l'une des cinq religions officiellement reconnues en Chine - les autres étant le catholicisme, le bouddhisme, l'islam et le taoïsme - le nombre de protestants a continué de croître depuis la réouverture des bâtiments d'église dans la décennie qui a suivi la Révolution culturelle. L’UMNS a accompagné une délégation méthodiste unie d’évêques et le personnel de la mission en Chine en avril 2013.


« Nous espérons qu’elle saura déterminer la meilleure manière dont nous pourrons soutenir le travail que mènent actuellement ces deux organisations» dit-il. « En étant constamment présent sur le terrain et en discussion avec les gens, j'espère qu’elle sera en mesure de nous montrer comment nous pourrons collaborer ensemble ».

Rebecca Asedillo, membre du conseil chargée des relations avec ces partenaires, estime que Liu est une professionnelle crédible, capable, expérimentée dans les échanges avec une organisation internationale non gouvernementale religieuse. « Elle est sensible à la dynamique opérant dans les milieux ecclésiastiques, à la fois en Chine et aux Etats-Unis, » dit-elle.

Élargir son horizon

Liu, 54 ans, n'a pas fréquenté l'église comme enfant, mais comme elle l’a dit à l’Agence de presse de l’EMU/EEM/UMC de New York, «le christianisme n'était pas nouveau pour moi à 100% »

Sa grand-mère, a-t-elle expliqué, a été élevée dans un orphelinat dirigé par un missionnaire américain. Son grand-père est diplômé d'une université confessionnelle située à Beijing et a participé au culte avant la Révolution culturelle. Il a été entraîneur et interprète des équipes de basket-ball en visite aux États-Unis.

Diplômée en 1982 de l'Université de Suzhou avec un baccalauréat en littérature anglaise, Liu a poursuivi ses études après avoir rejoint Amity à travers une bourse du Conseil oecuménique des Eglises. De 1997 à 98, elle a suivi un cours de langue anglaise à Selly Oak Colleges, à l'Université de Birmingham en Angleterre, décrochant l’équivalent du CAPES lui donnant le droit d’enseigner l'anglais comme une langue étrangère.

Cette période en Angleterre l’a aussi ouverte à la culture des autres étudiants d'Europe et d’Afrique. « Cela a vraiment élargi mon horizon au restant du monde, ce qui est nécessaire de nos jours pour un villageois mondial », dit-elle.

Cette ouverture culturelle a également aidé Liu à travailler à la Fondation Amity avec des représentants de l'Église venant en Chine depuis les Etats-Unis, le Canada, la Norvège, le Danemark, la Suède, le Japon et le Royaume-Uni.

« J'ai poussé très fort, » dit-elle, « des groupes religieux à envoyer des gens en Chine pour obtenir des informations de première main sur ce qu’est la Chine aujourd'hui. « Plus longtemps vous y restez, plus vous en saurez ».

Liu a également lancé des programmes de jeunesse à court et à long terme, permettant à des jeunes de Hong Kong, du Japon, des Philippines et d'autres pays d'interagir avec des jeunes chinois, de partager la vie quotidienne des Chinois et de prendre part à des activités religieuses en Chine.

Ce type d'expérience est important, dit Howard, qui se rendra en Chine en juillet pour rencontrer Liu et les partenaires méthodistes unis.

Il a cité sa « passion à aider les gens» et sa capacité à leur inspirer confiance ». Je n'ai jamais vu l’enseignement de la langue anglaise nécessairement comme une question de justice, mais elle le fait, » a-t-il expliqué. « Apprendre l'anglais ... est un moyen de les aider (les étudiants) à à développer leurs propres capacités ».


Guider les enseignants internationaux

Au cours de ses 28 ans à la tête de la division de l'éducation de la Fondation Amity, Liu a supervisé les membres du Programme enseignants Amity, un bureau spécial de l'Église Méthodiste Unie (UMC, EEM, EMU).

Un de ces enseignants est Cornelia "Connie" Wieck, « employée du Conseil mondial missionnaire de l’EEM (GBGM) qui ces dernières années a enseigné l'anglais au Collège technique et professionnelle de Luzhou, une ville de 3,5 millions habitants située près de la rivière Yangtze dans la province du Sichuan. Elle y retournera en août pour poursuivre des études en langue chinoise cette année.

Lors d'une présentation en mai au siège de la commission à New York, Wieck, qui blogue sur connieinchina.org, a précisé qu'elle se consacrait à ses élèves, dont 350 dans une classe de conversation, qui se préparent à être professeurs d'anglais dans le primaire et le secondaire de haut niveau. Elle partage l'information sur le christianisme à travers des cours sur la culture, avec l'approbation de son doyen, et utilise des activités telles que la journée portes ouvertes annuelle de Noël dans sa maison "hyper décorées" pour renforcer l'enseignement en anglais.

Wieck invite les personnes intéressées à des cultes à l'Eglise protestante de Luzhou, qui a été lancée par des missionnaires méthodistes canadiens en 1913. Environ 400 personnes assistent chaque dimanche au culte et l'église supervise le service d’une clinique connue sous le nom "Hôpital de l’Evangile de Luzhou," en plus d’une école maternelle et d’une pharmacie.

Elle désigne Liu à la fois comme un patron et une amie, « une femme extraordinaire » douée dans l'organisation et la résolution de problèmes et considérée comme une autorité par les Chinois qui interagissent avec le programme des enseignants. «Nous avons tous beaucoup de respect pour elle», a déclaré Wieck.


L’aspect pratique et le relationnel

Bien que sa supervision des enseignants Amity ait été d’ordre administratif - coordination des stages avec les écoles partenaires chinoises, arrangements pratiques, etc… - Lui avait aussi fait la connaissance des enseignants sur le plan personnel. « Un grand nombre de relations de travail se sont transformées en amitié,» dit-elle.

Un autre de ces amis était Bethany Keith, un volontaire envoyé par le Conseil missionnaire mondial de l’EEM (GBGM) en 2012 pour enseigner à Jining à l’École Normale de Mongolie intérieure. Elle a rencontré Keith à l'orientation, et s’était rendue deux fois sur son site, une fois en voyageant avec Asedillo, qui se souvient très bien du voyage…

« Ce que j'aime chez elle, c'est qu'elle est une femme forte », a déclaré Asedillo. «Elle était imperturbable ».


*Bloom est journaliste de l’Agence de presse de l’EMU UMC sur New York

19 mai 2014 |NEW YORK (UMNS)

Traduction eemni


Source: umc.org

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"