Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 15.08.2014   Retour à l'aperçu

Centenaire de l'Eglise méthodiste unie de Côte d’Ivoire (EMUCI) - Culte solennel, dimanche

[Credits] Un événement se prépare : dimanche le 17 août, l'Église méthodiste unie - Côte d'Ivoire célèbre son centenaire à travers un culte solennel au stade Félix Houphouët-Boigny d'Abidjan-Plateau en présence des autorités politiques et religieuses du pays. La Conférence annuelle Suisse/France/Afrique du Nord de l'Église méthodiste unie sera aussi représentée par une délégation composée de son évêque Patrick Streiff et des pasteurs Daniel Nussbaumer et Joseline-Miélissa Waechter. L'Agence ivoirienne de Presse (API) rend compte de cet événement. Du site de l'EMUCI, nous extrayons l'histoire en bref de l'Église méthodiste en Côte d'Ivoire.

Le culte d’actions de grâces du centenaire de l’Eglise méthodiste unie de Côte d’Ivoire (EMUCI) aura lieu dimanche, au stade Félix Houphouët-Boigny, d’Abidjan-Plateau, en présence des hautes personnalités de la République et des sommités de ladite église dont le président de la conférence, Son Eminence Bishop Benjamin Boni.

Le programme officiel de la cérémonie du centenaire qui a pour thème : « En pleine eau avec Jésus-Christ, l’espérance du monde», prévoit, outre le culte qui sera ponctué par le sermon et le message du Bishop Benjamin Boni, un défilé de toutes les générations et un concert de chorales, dans une animation populaire.

Ce rassemblement marque le clou des manifestations de cet évènement lancé le 18 décembre 2011 au temple Eternité de Grand-Bassam et qui a donné lieu à de nombreuses autres activités. Il s’agit de deux caravanes à Allangouanou et à Grand-Lahou qui ont permis aux fidèles de repartir sur les traces du méthodisme en Côte d’Ivoire, de mariages et baptêmes collectifs, de dédicaces de temples, de consécrations de chorales et de distinctions de pionniers dans la marche évolutive.

Reconnue comme circuit en 1914 et rattachée à l’Eglise méthodiste du Ghana, l’EMUCI tire son appellation de la défunte Eglise protestante méthodiste de Côte d’Ivoire. Son histoire remonte à l’action missionnaire du prophète libérien William Wade Harris, lui-même méthodiste qui a entrepris pendant deux ans (1912-1914), une mission d’évangélisation sur les côtes ivoiriennes.

C’est en 1964, au cours de son jubilé, que la présidence de l’Eglise est revenue pour la première fois à un pasteur ivoirien, en la personne du Révérend Samson Nandjui. Elle s’est affranchie de la tutelle anglaise en 1985 avant d’intégrer, en 2003, le concert des églises méthodistes du monde connu sous la dénomination d’« Eglise méthodiste unie » (EMU).

HISTORIQUE DE L'ÉGLISE MÉTHODISTE UNIE - CÔTE D'IVOIRE (EMUCI)

Né du réveil spirituel en Angleterre au XVIIIème siècle, sous l’impulsion des frères John et Charles WESLEY, le mouvement méthodiste a gagné les côtes africaines à la faveur de l’impérialisme.
Son évolution en Côte d’Ivoire a connu trois grandes phases.

1.1 L’Eglise Protestante Méthodiste en Cote d’Ivoire

C’est à partir de 1890 que ce mouvement a commencé à se développer en Côte d’Ivoire grâce à la présence, sur le sol ivoirien, des immigrés méthodistes des pays limitrophes anglophones (Ghana, Libéria, Sierra Léone…) dans les ports florissants d’Assinie, Grand-Bassam et Grand-Lahou.
Pendant que les missions installées en Côte d’Ivoire peinaient dans l’évangélisation des populations, le coup de fouet vint d’un prédicateur laïque de l’Eglise Méthodiste Episcopale du Libéria du nom de William Wade HARRIS. Son passage tout au long de la Côte atlantique en 1914, depuis Tabou, village ivoirien frontalier du Libéria, jusqu’à Axim, premier village ghanéen a reçu un accueil populaire, du fait des œuvres charismatiques qui accompagnaient ses prédications.
Craignant que leur colonie ne leur échappe, les colons français l’emprisonnèrent avant de le renvoyer définitivement chez lui.
Son départ ne découragea pas les fidèles qui continuèrent d’organiser les cultes. A la demande des immigrés, le District de Gold Coast (actuel Ghana) envoya des missionnaires anglophones qui plus tard furent remplacés par des missionnaires de la Société des Missions Françaises.

En 1923, le Rév. William Platt, Missionnaire Français qui supervisait le District de Dahomey (actuel Benin) et le Togo, est venu bâtir sur l’œuvre de son prédécesseur.

En 1924, le missionnaire LETHEL, 3 pasteurs africains, 20 catéchistes du Dahomey et du Togo débarquèrent à Grand-Bassam et commencèrent l’organisation et l’instruction de cette immense foule. Ainsi naquit officiellement l’Eglise Protestante Méthodiste en Côte d’Ivoire. On dénombrait, alors, 50.000 membres pour plus de 150 églises.
Cependant elle formait un District rattaché directement à la Conférence Méthodiste de Grande-Bretagne.

1.2. L’Eglise Protestante Méthodiste de Côte d’Ivoire

En 1963, l’ Eglise Protestante Méthodiste en Côte d’Ivoire obtint son autonomie interne. Elle se traduit par une africanisation de l’Eglise Protestante Méthodiste en Côte d’Ivoire avec une équipe de 12 pasteurs ivoiriens qui prennent la relève des missionnaires anglais, français et africains. Son premier président, Révérend Samson NANDJUI fut élu en 1964. Suivront les Révérends Auguste ACKAH (1973) et Emmanuel YANDO (1982). C’est ce dernier qui fit accéder l’Eglise à sa pleine autonomie, le 9 février 1985, par la signature de l’acte de l’autonomie au temple du « Jubilé » de Cocody. L’Eglise Protestante Méthodiste en Côte d’Ivoire est désormais appelée « Eglise Protestante Méthodiste de Côte d’Ivoire. »

Cette autonomie lui donne désormais un nouveau visage avec l’Eglise-mère de Grande-Bretagne. Elle lui permettait, également, d’entreprendre auprès des Eglises voisines autonomes, toute démarche qui lui semblerait bonne en vue de préparer une union d’églises ou de mener des actions communes.

1.3. L’Eglise Méthodiste Unie - Côte d’Ivoire

La mondialisation, loin d’être un épiphénomène qui peut paraître un effet de mode, est une réalité incontournable qui s’impose à l’Eglise aujourd’hui. Dans la recherche d’une synergie efficace pour la réalisation de sa Vision Missionnaire, la 9ème Conférence de l’Eglise, tenue du 18 au 23 décembre 2001 au « Jubilé » de Cocody va décider d’intégrer pleinement le réseau des Eglises Méthodistes Unies du monde. A la suite de plusieurs visites et séances de travail avec les responsables locaux, le General Board of Global Ministries, l’organe de l’EMU chargé de la coopération internationale, va accepter sa candidature dans la grande famille Méthodiste Unie. Cette décision a été célébrée solennellement le samedi 04 octobre 2003 au stade Félix Houphouët Boigny.
Ce qui ouvre, aujourd’hui, une nouvelle étape dans l’histoire de cette Eglise avec l’adoption de nouveaux textes constitutifs organiques et la mise en place de nouvelles structures d’administration et de gestion.

En 2004, la Conférence Générale, instance de décision suprême de l’Eglise Méthodiste Unie, a accueilli l’Eglise Protestante Méthodiste en tant que Conférence Annuelle provisionnelle. Cette Assemblée a confirmé la Cote d’Ivoire comme région épiscopale en 2008.
Sous le leadership du Bishop Benjamin Boni (président de l’Eglise depuis 1998, puis Bishop depuis 2005), l’Eglise compte aujourd’hui 172 pasteurs et plus de 1100 églises locales. Elle supervise également les missions du Cameroun et du Sénégal.

13 aout 2014


Source: AIP / Abidjan.net / EMUCI

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"