Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 11.08.2014   Retour à l'aperçu

L'épidémie d'Ebola continue de se propager - Témoignage d’une victime - Implications de l’Église méthodiste dans la prévention de l’épidémie

Affiche utilisée au Liberia pour faire passer des messages de prévention contre Ebola © Mike DuBose, UMNS[Credits] Un médecin évangélique : Priez pour ma guérison et que je reste fidèle à Dieu !

L'épidémie d'Ebola a déjà causé près de 1.000 décès en Afrique de l'Ouest. Les zones les plus touchées sont la Guinée avec 367 morts, le Sierra Leone (298) et le Libéria (294). Au Nigeria, 13 cas ont été confirmés.

Les professionnels de santé qui soignent les patients sont particulièrement menacés par le virus Ebola en plus des membres de la famille des patients. C’est ainsi que l’infirmière adventiste de 27 ans, Joenpu Loweal, est morte du virus Ebola. Elle avait été infectée dans son travail à l'hôpital Phebe à Suakoko.

L’américain se porte mieux

Le virus de la fièvre Ebola déclenche une maladie qui s'accompagne de saignements. Il n’existe à ce jour aucun remède. L'agent pathogène est transmis par les fluides corporels et les muqueuses. Le médecin infecté qui a été rapatrié du Liberia aux États-Unis, Kent Brantly, a donné de ses nouvelles dans une lettre qu’il avait écrite depuis le quartier d’isolement de l'hôpital de l'Université Emory à Atlanta (Géorgie).

L’homme de 33 ans a travaillé pour l'organisation humanitaire évangélique „Samaritan’s Purse“ (la Bourse du Samaritain) dans un hôpital de la capitale Monrovia. Comme la collaboratrice de l’Agence humanitaire „Serving in Mission“ (Servir en mission), Nancy Writebol, infectée par le virus Ebola et partie du Libéria, il a aussi été soignée par le médicament ZMapp qui n’a été testé jusqu’ici uniquement sur ​​des singes. Les deux vont mieux entre temps.

Brantly: rester fidèle à Dieu

Brantly remercie dans sa lettre les uns et les autres pour tous les voeux de guérison et prières. Il se sent mieux de jour en jour. Le médecin demande également qu’on prie pour lui, pour qu'il reste fidèle à l'appel de Dieu. Initialement, il n'est pas parti au Libéria pour lutter contre le virus Ebola, mais parce que Dieu les y avait appelés, lui et sa femme Ambre et leurs deux enfants.

Mais quand on suit le Christ, on peut souvent être amené à des endroits inattendus. De plus en plus, il a eu à faire à des patients infectés par le virus Ebola. Il leur tenait la main et fut obligé de voir « comment cette horrible maladie leur a pris la vie ». Et quand à son tour il s’est senti mal, il a été immédiatement placé en isolement. Après la pose du diagnostic, un sentiment de paix intérieure profonde s’est imposé à lui: « Dieu m'a rappelé ce qu'il m'a appris il y a des années - qu'il me donne tout ce dont j'ai besoin pour lui être fidèle ».

L’Église méthodiste unie en première ligne pour combattre le virus Ebola

Avec la propagation de l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest l'urgence sanitaire internationale, a été décrétée. Les dirigeants de l'Église méthodiste unie (UMC/EEM/EMU) au Libéria éduquent les gens sur la prévention, le diagnostic et le traitement de la maladie.

Avant tout, ils rappellent aux Libériens que Jésus-Christ est un guérisseur.

« La peur s'est emparée de la nation», déclare à l’Agence de presse de l’Église méthodiste unie (UMNS) le révérend George Wilson, chargé de la communication auprès de la Conférence annuelle du Libéria,.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a décrété l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest comme une urgence sanitaire internationale. Cette épidémie est la pire depuis 40 ans, depuis que cette maladie est suivie, selon l'agence de santé de l'ONU.

L'agence de communication de la dénomination à Nashville (UMcom), Tennessee, a envoyé une subvention de $ 10 000 à la Conférence annuelle de l’Église méthodiste unie du Liberia pour l’aider dans la communication de crise : cette subvention lui permettra de faire passer des messages par tracts imprimés, des bannières et la radio. Une deuxième subvention de 10,000 $ ira au Sierra Leone. Le département Communications de l’EEM/EMU/UMC a également tendu la main aux dirigeants de l'Église au Nigeria et en Côte d'Ivoire.

« Cette crise illustre l'importance stratégique de la communication. Le manque d'informations claires dès le début de la crise a pour effet d’aggraver maintenant la tragédie, alors que la désinformation et la peur augmentent », a déclaré le révérend Larry Hollon, haut dirigeant du département communication de l’EMU (United Methodist Communications).

« Dans des circonstances telles que cette crise, le soutien pour aider à renforcer la capacité de communiquer efficacement est urgent et sauve des vies. La communication est une aide », a-t-il dit.

L’UMCOR, l’Agence humanitaire de l’EMU, a envoyé $ 87 000 en subvention aux pays touchés et se tient prête à financer des projets supplémentaires.

Une Conférence envoie des fonds

La Conférence annuelle de l'Indiana a envoyé $ 10,000 au Sierra Leone.

Les dirigeants de l'Église au Libéria déploient également des jeunes avec des mégaphones à des endroits plus éloignés pour atteindre les gens qui sont analphabètes ou qui parlent des langues différentes. Cette méthode s’était avérée efficace pour transmettre des messages pendant la guerre civile qui a pris fin en 2003, a dit Wilson.

« United Methodist Communications » parle aussi aux dirigeants de la Conférence méthodiste unie libérienne de l'utilisation de la messagerie par SMS et de solutions mobiles basées sur la voix.

Abandon d’hôpitaux et de cliniques

Wilson a déclaré que l’Hôpital méthodiste uni Ganta était ouvert mais qu’il ne fonctionnait pas à pleine capacité. Il dit que la plupart des hôpitaux et des cliniques dans le pays ont été abandonnés parce que les professionnels de la santé quittaient leurs fonctions en raison de la peur de l’infection. Les professionnels de la santé sont les professionnels qui risquent le plus d'attraper la maladie, qui se transmet par contact avec les fluides corporels tels que le sang, le vomi, l'urine et les selles, et peut-être par la sueur.

Wilson a déclaré que le Ministère de la santé avait donné des renseignements erronés au début de la crise lorsque les fonctionnaires ont dit aux gens que les seuls symptômes étaient des yeux rouges, des vomissements et des filets de sang.

«Il y a encore un haut degré de déni chez les personnes qui pourraient être infectés », a-t-il dit.

Hollon a ajouté que des représentants du gouvernement et de la santé disaient que le système de prestation des soins de santé du pays était en train de s'effondrer « parce que les gens avaient peur d'aller à l'hôpital, ne croyaient pas que leurs proches avaient le virus Ebola, et pratiquaient de l’auto-médication à la maison avec pour résultat des problèmes encore plus graves de santé publique ».

MESSAGE À L’AFRIQUE OCCIDENTALE

L’évêque évangélique méthodiste John Innis et sa femme parlent de l’épidémie du virus Ebola. Voir la vidéo

Education des églises

L'évêque évangélique méthodiste John G. Innis a envoyé une lettre pastorale le 22 juillet, exhortant les méthodistes unis ainsi que les Libériens en général de prendre l'épidémie d'Ebola au sérieux.

« Nous devons accepter le fait que le virus Ebola soit effectivement présent au Libéria et que nous devons respecter tous les avis médicaux donné par les autorités et les institutions sanitaires.

« Plus précisément, les pasteurs évangéliques méthodistes, les surintendants et les moniteurs de l’école du dimanche doivent partager l'information avec leurs églises locales et districts,» écrivait-il.

Le Conseil national des Eglises du Liberia organise un service de prière à la Providence Baptist Church le 8 août pour conclure trois jours de jeûne et de prière pour la fin de l'épidémie.

Les pasteurs évangéliques méthodistes et les dirigeants de l'Église se réunissent pour suivre une formation sur la nature de l’épidémie, la nature des symptômes du virus Ebola, ses modes de propagation et les traitements disponibles, précise Wilson. Tous les messages apportent des paroles d'espoir et soulignent la réalité de la présence de Dieu.

« Nous leur disons que la maladie n'est pas connectée à des tabous traditionnels qui ont été brisées, ni à des superstitions sur le mal qui les entourent», a déclaré Wilson. « Notre espoir est en Jésus-Christ, en sachant qu'il est un guérisseur et permettra de placer Ebola sous contrôle.

« Gardez-nous dans vos prières, avec Dieu tout est possible. Nous avons l’espoir qu’Ebola appartiendra bientôt à l’histoire au nom de Jésus-Christ », a déclaré M. Wilson.

11.08.2014

Traduction eemni


Source: IDEA / UMNS / EEMNI

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"