Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 02.08.2014   Retour à l'aperçu

Ukraine : après le crash du MH17, la réaction de responsables chrétiens, la situation des chrétiens sur place

Journaliste autralien Demjin Doroschenko[Credits] Un Boeing 777-200ER de la compagnie Malaysia Airlines, qui assurait la liaison entre Amsterdam et Kuala Lumpur, a été abattu en vol jeudi 17 juillet, dans l'est de l'Ukraine. A bord du vol MH 17 naviguaient 298 personnes, dont 15 membres d’équipage et une majorité de Néerlandais. Tous ont trouvé la mort dans cette tragédie. Dans cet article, nous regroupons diverses déclarations faites au lendemain de cette tragédie et en profitons pour décrire la situation non moins tragique des chrétiens dans cette région de l’Ukraine en guerre.

Réactions de l’Alliance évangélique mondiale


L’Alliance évangélique mondiale (WEA/AEM) déplore la perte de vies humaines après le crash du MH17 en Ukraine, appelle à la prière pour la réconciliation dans la région

« Nous présentons nos condoléances à toutes les familles et amis qui ont perdu leurs proches », dit le Dr Geoff Tunnicliffe, secrétaire général de l’AEM.

« Je demande à notre famille dans le monde entier de prier pour ceux qui ont perdu des parents ou des amis à la suite de la tragédie », a déclaré le Dr Tunnicliffe. « Et encore une fois, nous renouvelons notre appel à la prière pour l'Ukraine et le conflit en cours dans la région, pour qu'il y ait une solution pacifique et durable ».

Au regard de la violence qui a cours en Ukraine, il appelle tous à être artisans de paix : «Cette situation nous renvoie à notre obligation de promouvoir ensemble une approche pacifique des conflits peu importe leur complexité en vue de leur résolution», a-t-il ajouté. « À travers sa famille dans le monde, l’AEM s'est engagée à être à la fois défenseur et artisan de paix et de réconciliation entre tous les peuples ».

La Conférence des Églises en Europe (KEK)

La Conférence des Eglises européennes a appelé les communautés à intercéder en faveur des victimes et de leurs familles lors des cultes dominicaux.

Le Conseil oecuménique des Églises

Le Conseil oecuménique des Eglises (COE) a exprimé le 18 juillet sa sympathie et sa tristesse aux familles, amis et collègues des victimes du crash de l’avion de Malaysia Airlines MH17.

Un tiers des victimes se rendait à la Conférence internationale sur le sida à Melbourne. «C'est une tragédie profonde qui provoque un terrible choc et une grande tristesse chez nous tous, mais surtout chez ceux qui ont perdu leurs proches, y compris chez nos voisins et partenaires de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et groupes de chercheurs sur le VIH et le sida à Genève», dit le pasteur Olav Fykse Tveit, secrétaire du Conseil oecuménique des Églises. Nombreux sont les Évangéliques méthodistes (UMC) en train de prier également pour ceux qui sont touchés par ces décès.

Les Protestants toujours plus sous pression

Le crash de l'avion a remis au premier plan la situation des chrétiens à l'est de l'Ukraine. En tant que responsable de la Mission "Lumière de l’Est/Licht im Osten», le pasteur John Lange (Korntal près de Stuttgart), a déclaré à l’agence de presse IDEA et sur la base du témoignage de plusieurs pasteurs sur place que la situation des communautés protestantes s’était gravement détériorée.

Le conflit essentiellement politique au départ serait en train de devenir artificiellement religieux. Ainsi les représentants de la "République populaire de Donetsk" auto-proclamée ont récemment occupé et confisqué « le centre communautaire Parole de Vie » de Tores dans le secteur de Donetsk.

L'initiateur de l’action « Prière pour l’Ukraine », le pasteur Sergei Kosiak, rapporte que des hommes armés ont demandé aux paroissiens de déplacer les meubles à l’extérieur et d'évacuer le bâtiment, parce que de leur avis les communautés protestantes étaient des sectes et devaient être détruites. Ils ont également menacé les chrétiens de les abattre, s’ils faisaient état de l'incident. Il avait lui-même été brièvement détenu et maltraité par les séparatistes, selon Kosjak.

Entorses systématiques au droit et à la liberté religieuse

À la mi-juin, une église protestante de la ville séparatiste pro-russe, Gorlowka, avait déjà dévastée. Un jour plus tard, d’autres ont pris d'assaut un centre de réadaptation chrétienne "lumière du soir/«Abendlicht à Donetsk et pris 29 personnes en otage, lesquels ont été libérés plus tard.

Une tente de prière, où des chrétiens de différentes confessions se rencontraient depuis trois mois pour prier en faveur de la paix dans la région, a été détruite. L'Institut de Kiev pour la liberté religieuse a déclaré que ces actions n’étaient pas des cas isolés. Le droit à la liberté religieuse est systématiquement violé dans la région de Donetsk. Des chrétiens ont été menacés, enlevés et torturés.

Sur les 45,5 millions d'habitants que compte l’Ukraine, environ 75 % sont membres des églises orthodoxes, 4% musulmans, 2,7 % protestants et 2,4 % catholiques. Le reste ne revendique aucune attache religieuse ou suit d'autres religions.

Voir aussi

> Appel à la prière lancé par l'Alliance évangélique mondiale

> Comment prier pour l'Ukraine aujourd'hui ?


Source: COE/AEM/IDEA/UMNS/EEMNI

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"