Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 24.12.2011   Retour à l'aperçu

Messages de Noël : CNEF, FEPS, FPF, Eglise méthodiste de Grande Bretagne

[Credits] En ce jour de Noël 2011, nous relayons avec plaisir ces messages de Noël présentés quelques leaders européens et français.
EEMNI en un mot vous souhaite un Joyeux Noël dans la joie que suscite notre Sauveur à jamais parmi nous, Emmanuel- Dieu avec nous.

Etienne Lhermenault, CNEF
Nous sommes riches !

Seuls les politiciens et les rêveurs osent de telles affirmations à l'heure de la récession. Je ne suis ni l'un, ni l'autre et pourtant j'affirme que nous sommes riches. Non pas des biens matériels qui pourtant ne manquent pas dans notre société, mais des biens spirituels qui nous ont été transmis par Jésus-Christ.
En ces temps de Noël, il me paraît important de rappeler que le Sauveur dont nous allons fêter la venue s'est fait pauvre afin que nous soyons enrichis (Paul aux Corinthiens, 2 Co 8.9). Mesurons-nous bien le chemin parcouru ? Jésus a quitté la gloire du ciel pour venir vivre avec les hommes et mourir pour eux. Riche, il l'était plus qu'aucun d'entre nous ne pourra jamais l'être. Pauvre, il l'est devenu plus qu'aucun d'entre nous n'acceptera jamais de l'être, jusqu'à l'humiliation suprême de la croix. Et à cause de cela même, nous sommes immensément riches. Riches de sa mort qui a ouvert l'accès au Père. Riches de sa résurrection qui garantit la nôtre. Riches de son Esprit qui a fait de nos corps son Temple. Riches de son amour qui a changé nos vies et a planté en nos cœur l'espérance.
Oui ! Riches, nous le sommes, mais non pour nous-mêmes. Les disciples de celui qui s'est fait pauvre pour les enrichir ne sauraient garder pour
eux ce qu'ils ont reçu. Appelés à imiter le Maître, il sont invités à
donner. Non pas seulement quelques mots de témoignage, un peu de leur argent, une part de leur temps ou quelques élans de compassion, mais leurs vies tout entières pour servir Dieu et le prochain.
Que ce Noël sur fond de crise soit celui de la grâce divine paisiblement proclamée et intensément vécue. Jésus a fait de nous des femmes et
des hommes riches de tout son amour... qui attend tout le nôtre en retour. Il est temps de donner après avoir tant reçu !
Étienne LHERMENAULT
Président du CNEF
21 décembre 2011

*************

Gottfried Wilhelm Locher, FEPS
Message de Noël 2011

« Et Dieu se fit homme ».
Chers amis,
Comment ça se passe, quand Dieu se fait homme ? Si vous étiez Dieu, de quelle manière aimeriez-vous devenir homme – ou femme? Feriez-vous en sorte de pouvoir goûter le bon côté de l'existence ? Avoir de la fortune, des relations, une famille influente, un poste de chef bien payé, une vie dans le cercle des puissants ?
Si vous aviez le choix, pourquoi pas ainsi ?
Et Dieu se fit homme... oui, mais comment ? Chers amis, en tout cas pas comme nous aurions pu l'attendre de la part du Tout-puissant. Pas dans une gloire éclatante. Pas en choisis- sant le bon côté de l'existence. Mais tout au- trement. Il est écrit dans la Bible :
(Lc 2,12:) « Et voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmail- loté et couché dans une mangeoire. »
« Emmailloté et couché dans une mangeoire », voilà donc comment il se présente, le Dieu incarné. Jésus, à beau avoir un père tout puis- sant, il est d'abord un nourrisson qui pleure dans une étable non chauffée.
C'est cela qui rend Noël si mystérieux : Dieu lui-même devient un être humain. Il devient un enfant, un nouveau-né dans une mangeoire.
« Et voici le signe qui vous est donné ». Le signe est fort: Dieu se montre faible. Dieu se montre à nous comme un être humain. Il vient à notre rencontre – non pas depuis là-haut, mais en nous regardant d'égal à égal, d'être
humain à être humain. C'est cela le mystère de Noël. C'est cela qui fait de cette nuit une nuit sainte. Et uniquement cela.

Ne l'oubliez pas. Surtout le jour de Noël. Ne vous gâchez pas la Sainte Nuit. Libérez votre esprit. Accordez-vous du temps. Du temps de Noël. Relisez par exemple le récit de Noël. Faites une promenade, entonnez une chanson de Noël. Peut-être pourriez-vous allumer notre bougie, dire une prière, peut-être pour la première fois.

Offrez-vous Noël

Car n'oublions pas ceci : jadis, en cette nuit sainte, quelque chose s'est passé. Dans cette étable quelque chose a commencé, quelque chose de nouveau, quelque chose de grand. Le message nous dit : le monde n'est pas perdu. Dieu s'est fait homme pour nous dire cela.
C'est ça le message de Noël, chers amis. Il est pour vous, pour vos familles, pour vos amis. Il est pour vous, même si vous avez de la peine à l'accepter et qu'il vous fait douter. C'est juste- ment là qu’il est pour vous !
Au nom de la Fédération des Églises protestantes de Suisse, je vous souhaite un joyeux Noël.
Gottfried Wilhelm Locher Président de la Fédération des Églises protestantes de Suisse FEPS

*********


Marie l'indignée - Message de Noël du pasteur Claude Baty

Chacun se souvient de Marie transportée d’allégresse, de celle qui magnifie le Seigneur parce qu’elle, l'humble servante, a été vue par son Dieu (Luc 1.46-55). La voilà relevée !

Mais ce qu’on oublie souvent c’est qu'elle chante un Seigneur qui disperse les orgueilleux et renverse les trônes. Marie porte la parole de la foule des miséreux, piétinés par les puissants.
L'espérance qu’elle place dans le messie, qu'elle porte alors, n’a donc rien à voir avec le fameux esprit de Noël d’aujourd’hui. Esprit sirupeux de petit Jésus en sucre et à croquer. Le messie qu'attend Marie lui fait espérer de grands bouleversements, pas de petites consolations.

L'autre renversement, qui nous concerne tout autant, consiste à ne pas entendre ce chant de manière individualiste. Certes, Marie dit : « je magnifie le Seigneur, je suis transportée d'allégresse », tout commence par une rencontre personnelle avec son Sauveur. Mais aussitôt, son regard s’élargit dans l'espace et le temps, c’est tout un peuple, de génération en génération, qui est pris en considération.

Noël en famille, oui, mais famille élargie. L’esprit de Noël est finalement bien plus subversif que prévu.

Marie l'indignée, solidaire des oubliés, nous appelle à chanter avec elle l'hymne célébrant le Dieu qui porte son regard sur les plus petits.

Laissons-nous entraîner par l'appel de Marie pour nous réjouir d’être connus par Dieu et mieux porter l'aspiration de ceux qui n’ont pas de voix.

Je nous souhaite un Noël allègre et prophétique !

20 décembre 2011
Pasteur Claude Baty,
président de la Fédération protestante de France

******

Révérend Leo Osborn, président de la Conférence méthodiste de Grande Bretagne


«Chaque année, l'«équipe Connexionale» envoie une carte de Noël depuis la «Methodist Church House »et cette année, le vice-président et moi-même, nous avons aussi été autorisés à l'utiliser ! Elle est inspirée d'une œuvre du peintre He Qi. Lorsque je l'ai regardée, je n’ai pu voir d'abord que deux hommes sages. "Où est le troisième?"

Je me suis mis immédiatement à réfléchir puis peu de temps après la pensée m’est venue : «Mais pourquoi devrait-il y avoir de toute façon trois personnages ?"

Nous introduisons tous nos présupposés dans l'histoire de Noël, ne nous attendons-nous pas, qui sait, à trouver non seulement trois hommes sages, mais des rois et des aubergistes sans compter des ânes, des branches de houx, de lierre et de la neige !

Mais vous aurez du mal à dénicher un de ces éléments dans les récits évangéliques - pas même dans la version officielle ! Même les sages eux-mêmes bien sûr avaient leurs présupposés, à savoir qu'un roi soit né à Jérusalem, mais pas à Bethléem.
Mais quand j'ai regardé pour la deuxième et troisième fois et sous un jour différent, je pourrai voir éventuellement où pourrait se nicher le troisième homme sage - et même s’il n'ajoute rien à l'histoire de l'Evangile, il me fait sentimentalement du bien !

«Eh bien peut-être qu’en ce Noël chacun de nous a besoin de revenir à cette histoire ô combien familière, en demandant à Dieu d’enlever tous les préjugés et présupposés que nous avons appliqués à cette histoire et de nous aider à réfléchir à Noël sous un jour nouveau. Ou peut-être de faire la lumière sur quelque chose de connu depuis longtemps, mais qu’on a feint d’oublier ou d’ignorer.

Car si nous appliquons notre attention, cette simple histoire peut avoir des choses importantes à nous dire à propos de nombreuses questions personnelles, sociales, religieuses et internationales qui se présentent à nous et à notre monde d'aujourd'hui, et une partie de Dieu se loge en tout ça.

«Dieu est toujours d’avis que nous remettions en cause nos pré-supposés et ouvrions nos yeux ; c’est ainsi que j'ai découvert lors de mes six premiers mois en tant que président, que, bien que certaines situations et gens aient été tels que je les avais imaginés, beaucoup étaient différents de ce que j’avais imaginé et j'ai dû apprendre à regarder les choses sous un jour différent.
Et pour l’année à venir, tu as peut-être déjà imaginé - ou planifié - de quoi ta vie ou ta foi ou ton église seront faits. Prépare-toi à être surpris comme l’ont été Marie, Joseph, les bergers et les sages il y a longtemps. Mais souviens-toi aussi que celui qui est venu et vient se nomme Emmanuel - Dieu avec nous - et même si tout ce qui se présente s’avère différent de ce que tu imagines, Dieu reste le même - Il demeure à tes côtés dans la grâce, la vérité et l'amour.

«Que ce même Dieu vous bénisse, en ce Noël et au-delà !»
Révérend Leo Osborn, président de la Conférence méthodiste de Grande Bretagne

Traduction eemni


Source: EEMNI

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"