Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 12.04.2011   Retour à l'aperçu

Après la guerre, l'église ivoirienne cherche à se relever

[Credits] par Tim Tanton*


Promouvoir la réconciliation et servir une nation sortant d'un conflit sont des priorités pour l'Église Méthodiste Unie de Côte d'Ivoire, maintenant que la bataille pour la présidence apparaît close.
"Trop de choses à faire, il y a trop à faire», a déclaré l'évêque Benjamin Boni , en décrivant le travail qui attend l'église.
L’arrestation du leader ivoirien Laurent Gbagbo le 11 avril semble annoncer la fin du conflit, même si les analystes notent la persistance des divisions en Côte d'Ivoire. Gbagbo, qui a dirigé le pays ouest-africain depuis une décennie, avait refusé de reconnaître sa défaite après une élection le 28 novembre dont Alassane Ouattara a émergé comme le vainqueur reconnu par la communauté internationale.
"Il n'y a pas de réaction en termes d'opposition maintenant", a déclaré Boni dans un entretien téléphonique. Le son des tirs et des explosions qui étaient devenus monnaie courante à Abidjan, la plus grande ville du pays, a cessé. "Je peux dire que la situation est calme."
Les amis et les partisans de l’église de Côte d'Ivoire suivaient de près les événements et ne cessaient pas de prier. Ils ont accueilli la nouvelle.
«Avec les nouvelles de ce matin selon lesquelles l'impasse à Abidjan a pris fin, je prie pour que le peuple de Côte d'Ivoire puisse bientôt trouver la paix», a déclaré le révérend Cynthia Fierro Harvey, en charge de l’œuvre d’entraide humanitaire de l’Eglise méthodiste unie (UMCOR). "L’UMCOR se déclare solidaire du peuple de Côte d'Ivoire et avec la conférence annuelle méthodiste unie. Nous sommes prêts à aider de toutes les manières possibles."
Boni attendait le discours d’Ouattara au pays le 11 avril. Puis l'évêque prévoit de se réunir avec les membres de son cabinet qui étaient encore présents à Abidjan. "Dès lors que la situation se calme, nous allons essayer d'avoir une réunion pour voir ce que nous avons à faire."
L'église se concentrera sur la promotion de la réconciliation et la satisfaction des besoins des gens et aidera à l’organisation de services funèbres.
Boni dit que l'église «continuera à faire ce que nous avons toujours fait» en s'engageant avec d'autres groupes religieux dans le dialogue, et il sera en contact avec les dirigeants politiques, tribaux et éventuellement militaires. Il a prié qu'il n'y ait pas de vengeance à la fin du conflit. «Prions pour la réconciliation du peuple», dit-il.

Bombardement incessant
Pour Boni et d'autres, les deux dernières semaines ont été difficiles.
«Je suis très, très, très, très fatigué", dit l'évêque. Le complexe de l’Église méthodiste unie où il vit est proche de la résidence présidentielle, qui a été bombardée à plusieurs reprises par l'ONU et les forces françaises.
Boni a déclaré sa maison avait tremblé sous les bombardements, et qu’il n'avait pas beaucoup dormi en 12 jours. La nuit du 6 avril a été "terrible".
«Nous n'étions pas sûr de rester en vie, je me suis levé (le lendemain) par la grâce de Dieu,» dit-il.
Le complexe n'a pas été touché par les bombes, mais la porte de son domicile a été forcée après que lui et sa famille ont fui. À un certain moment, l'ambassade des États-Unis a appelé Boni pour vérifier s’il était en sécurité après avoir reçu une demande de la Commission méthodiste unie «Eglise et Société».
Boni, sa femme et ses enfants, ont été hébergés par deux familles. L'évêque a dit qu'il était préoccupé par deux jeunes sœurs qui ont été forcées à fuir leurs villages dans la brousse. Il a aussi été incapable de joindre sa mère et une autre sœur, qu'il a envoyées dans le quartier de Yopougon à Abidjan après le début des violences.
Pour les résidents d'Abidjan, la vie quotidienne au cours des deux dernières semaines a été de se mettre à l'abri de la bataille et de s'aventurer au dehors au bon moment pour trouver leur nourriture.
Ça a été un équilibre délicat, et rester à l'intérieur n'a pas été une garantie de sécurité. Un employé de l'Eglise méthodiste unie a failli être blessé quand une balle perdue est entrée dans sa chambre et a ricoché sur les murs avant de s'immobiliser sur le lit. L’immeuble d’un autre employé de l’église a été frappé par une roquette qui provoqué un incendie dans deux appartements.
«Il s'agit d'une zone résidentielle, et nous ne savons pas pourquoi le bâtiment a été effectivement atteint», a déclaré Sam Koffi, un assistant de l'évêque. La roquette a touché son immeuble pendant une période d'intenses combats le 9 avril.
«Il y a eu une explosion», a-t-il dit. "Nous avons appelé les voisins à sortir. Nous avons mis les femmes et les enfants (dans) un lieu sûr, et tous les hommes dans le bâtiment ont commencé à éteindre le feu. J'ai ouvert mon appartement pour que les gens puissent venir chercher de l'eau." Personne dans son immeuble a été blessé.

Pénurie alimentaire
La priorité pour les gens a été de se procurer de la nourriture, qui coûtait cher et était difficile à obtenir. Une douzaine d'oeufs qui auraient normalement se vendre pour l'équivalent de 5 $ est passée à environ 15 $.
«Pour acheter du pain, on doit se réveiller à cinq heures», a déclaré Hervé Koutouan, un méthodiste unie et journaliste, dans un entretien téléphonique le 10 avril. "Il y a une longue file d'attente pour acheter de la nourriture." Il a dû attendre trois heures de queue pour avoir du pain, qui est cuit sur place et est rationné.
Koutouan a fui avec sa famille de leur domicile à Abobo, le district d'Abidjan, où les combats ont commencé avant de s'étendre à la base de Gbagbo dans la région de Cocody. Koutouan et son épouse, Annie, avec leur petite fille et nièce, ont été hébergés par un collaborateur de l’église et ami dans le quartier du Plateau. Leurs trois autres enfants ont été placés dans de la famille dans une autre partie de la ville.
Acheter de la nourriture est compliqué par le manque d'argent dans la ville, mais les banques devraient rouvrir bientôt.
Pendant ce temps, quatre églises méthodistes unies dans d'autres parties de la ville sont venues en aide aux gens dans le besoin pendant le conflit. Deux subventions d'urgence de l'UMCOR ont permis à la Conférence de Côte d'Ivoire de fournir une aide aux personnes déplacées et de nourrir de très jeunes enfants.
L'évêque avait été en contact avec certains de ses pasteurs, ces derniers jours, mais n'était pas sûr de tous. «J'espère que tous les ministres sont en vie», dit-il.
Lorsque le révérend Isaac Bodje, Côte d'Ivoire Secrétaire de la Conférence, est rentré chez lui pour obtenir un sac de riz, il fut accosté par deux hommes armés qui ont dit qu'ils n'avaient pas mangé en cinq jours. Bodje leur a donné le riz, et ils ont également pris les clés de sa voiture.
D'autres dirigeants de l'église sont, semble-t-il, en sécurité, que ce soit à leur domicile ou ailleurs.
La plupart des églises méthodistes-Unis à Abidjan ont été fermées le 10 avril, même si au moins une, Eglise Méthodiste Unie de Vridi Cité dans la partie sud de la ville, a célébré le culte du dimanche. Koffi dit que les écoles méthodistes unies de la ville pourraient rouvrir cette semaine si les conditions sont réunies.
La station de radio de l'église, La Voix de l'Espérance, n'a pas cessé de diffuser de la musique programmée, même si le personnel a finalement dû fuir vers des zones plus sûres.
* Tanton est directeur exécutif de l’UMCOM, l’agence de communication de l’Eglise méthodiste unie.


Source: UMNS

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"