Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 01.06.2010   Retour à l'aperçu

A l’origine du F.C. Barcelone, de jeunes méthodistes !

[Credits] Francesc Vendrell

Les inconditionnels du ballon rond mobilisés par la coupe du monde en ce mois de juin 2010 en Afrique du Sud tendront l’oreille aux révélations de notre frère Francesc Vendrell : la naissance du F.C. Barcelone n’est pas étrangère à l’engagement de jeunes méthodistes. Allez, on va droit au but ! Goal !


Une grande partie des commentaires sportifs affirme que le F.C Barcelone (Barça) est actuellement le meilleur Club de Football du monde. Cette année il a conquis 5 importantes coupes de champion qui confirment cette affirmation : Coupe de la Ligue d’Espagne, Coupe du Roi, Ligue des Champions, (tournoi européen dans lequel participe les meilleures équipes), Super Coupe d’Espagne et Super Coupe d’Europe.
Le voyageur perspicace notera qu’il n’y a pas de pays dans lequel il ne rencontre des jeunes et même des moins jeunes portant le maillot du Barça. Ses quelque 200 000 sociétaires et ses 200 millions de supporters confirment cette popularité. Son stade – le Camp Nou – (le champ nouveau ou neuf) peut recevoir presque 10 000 spectateurs, sachant que c’est un des plus grands stades du monde mais aussi un de plus beaux.
Pendant que des sommes astronomiques sont manipulées pour les salaires et les transferts de joueurs, peu connaissent les humbles commencements du Club et encore moins qu’il fut créé par la jeunesse protestante de Barcelone, au sein de laquelle se distinguèrent les jeunes méthodistes.
L’auteur évangélique espagnol, Agusti Rodes, récupéra une photo de 1892, année de la création du Club de Barcelone. Sur cette photo apparaît le pasteur de la congrégation méthodiste avec le groupe de jeunes méthodistes arborant leurs uniformes sportifs. Ces jeunes se réunissent après leur travail sur l’esplanade de l’Arc de Triomphe de Barcelone sur laquelle ils profitaient du bon éclairage pour pratiquer leur sport. Sur la base de ces jeunes fut créé, sept ans plus tard, le club qui devait devenir le plus populaire au monde.
Dans ce contexte apparaît en 1898 à Barcelone la figure providentielle d’un autre jeune protestant : Joan (ou Hans) Gamper, Suisse de Winterthur et sportif exemplaire lauréat de son pays dans le domaine du cyclisme et de l’athlétisme, mais aussi pratiquant d’autres sports comme le rugby, le football, le tennis et le Golf. Sa carrière à Barcelone (débuta) commença comme correspondant de deux journaux suisses. Néanmoins il ne négligea pas son intérêt pour le football. Il apprit qu’un groupe de jeunes méthodistes, dirigés par les frères Will et Parsons pratiquaient déjà ce sport et par conséquent il s’associa à eux. En qualité de Réformé, Gamper s’intégra également à la communauté suisse qui se réunissait conjointement avec les Luthériens. Là, il connut d’autres jeunes étrangers intéressés Cela fut le début du Barça : 36 jeunes protestants décidèrent de sa création. L’appartenance évangélique de ces jeunes hommes fut confirmée par l’historien Rodes en examinant les livres des membres des quatre communautés protestantes qui existaient à cette époque. Joan Gamper dans son engagement pour créer un nouveau club compta sur la collaboration précieuse de quatre jeunes membres de l’Église évangélique méthodiste catalane qui jouissaient déjà, à ce sujet, de l’expérience acquise par la création de deux autres clubs : le Club de Tennis de Barcelone et le Club de Golf de Gujat. Les Évangéliques vivaient dans l’illégalité, car la seule religion autorisée était le catholicisme romain. Les pères de certains d’entre eux avaient dû souffrir la persécution de l’Inquisition qui les qualifiait d’hérétiques. C’était l’époque pendant laquelle le Cardinal Casanas de Barcelone déclamait des homélies incendiaires contre les chapelles protestantes. C’est pour cela que les jeunes, non pas par discrimination contre les Catholiques mais pour se faire respecter, exigèrent que la première direction soit en majorité évangélique. Aussi, des cinq membres du 1 Bureau, deux furent méthodistes. Mais la religion dominante ne pouvait tolérer cela. Au bout de 11 mois commencèrent les luttes religieuses qui eurent pour conséquence le départ du club de la majorité des jeunes protestants. Plus tard, le même Joan Gamper dut abandonner le Club suite à un incident survenu en 1925 à l’occasion d’une cérémonie d’hommage à l’Orfeo Catalan. Alors que l’hymne espagnol interprété par la fanfare d’un bateau britannique de passage à Barcelone fut sifflé par les quelque 14 000 spectateurs, l’hymne britannique fut acclamé. La dictature d’alors ferma le stade pour 6 mois et expulsa Joan Gamper du pays non seulement en tant » qu’hérétique » mais aussi en tant que « catalaniste dangereux ». La dictature franquiste suivante ne pardonna pas non plus. Lorsqu’on voulut donner un nouveau nom au stade du Barça, le dictateur refusa le nom de Joan Gamper. C’est pour cela qu’aujourd’hui le stade s’appelle simplement « El Camp nou »-Le nouveau Stade.
Maintenant que le Barça célèbre ses cinq coupes, nous nous rappelons ces jeunes chrétiens méthodistes qui avec d’autres jeunes chrétiens protestants se réunirent, non pour gagner de l’argent comme des footballeurs d’élite, mais en amateurs pour prendre soin de leur corps qui, comme le dit la Parole, sont le Temple du Saint Esprit.
Pour approfondir ce thème nous conseillons la lecture des ouvrages suivants dans lesquels nous avons puisé la majeure partie de ces informations :
Augusti, « Les fondateurs du FC Barcelone »
Augusti, « J.Gamper – Une vie consacrée au FC Barcelone »
Traduction : Maïté Loché


Source: EEMNI

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"