Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 24.02.2010   Retour à l'aperçu

Les survivants au séisme ont besoin de nourriture et de médicaments

[Credits] Un reportage UMNS

Par Linda Bloom*

Lee Warren et d'autres membres d'une équipe médicale bénévole méthodiste unie n’ont trouvé que peu de destructions à leur arrivée à Cap-Haïtien, Haïti, le samedi suivant le séisme.

Ce qu'ils ont trouvé en nombre, cependant, étaient les survivants en provenance de Port-au-Prince en quête des soins médicaux.

La plupart des survivants du séisme amenés par des membres de la famille à la clinique où les bénévoles ont travaillé, avait des membres blessés avec des plaies ouvertes et infectées. «L'un des enfants que nous avons vu était un des seuls cinq enfants d'une école à survivre au tremblement de terre sur les 500 enfants que comptait l’école, dit-elle. «Son frère l’a amené de Port-au-Prince sur un scooter»

Warren, de South Hill, en Virginie, avait déjà été à Haïti précédemment, plus récemment en novembre. Elle est la directrice en Virginie de l’ONG Stop Hunger Now, un organisme à but non lucratif basé à Raleigh très active ici. L’ONG a déjà coordonné l’acheminement de produits alimentaires d'urgence en faveur des survivants du séisme.

Étant donné l'ampleur de la destruction, la perte des infrastructures et la pénurie de nourriture, d’eau et d'abris, seul un petit nombre de volontaires est en mesure de venir en Haïti aujourd'hui.

Une fois que cette équipe de bénévoles de médecins, d'infirmières et de quelques personnes comme Warren aura effectué le triage de base, l'équipe entrera en action.

Pas de nourriture à l’Hôpital

En arrivant au Cap-Haïtien à Fort Lauderdale, en Floride, les bénévoles ont appris que les patients et le personnel de traumatologie à l'hôpital manquaient de nourriture. «Nous avons obtenu environ 75 sandwichs, ramassé des boissons, et quelques-uns d'entre nous sont allés directement à l'hôpital pour vérifier la situation et remis ce que nous pouvions, indique Mme Warren.

L'équipe s’est ensuite mise au travail à la clinique médicale Tovar dans la zone Grison-Garde, une partie de la Mission en Haïti, un projet soutenu par l’Eglise méthodiste unie. «Essentiellement, nous traitions de la communauté juste pour leurs besoins de santé de base, a-t-elle expliqué.
La mission en Haïti a commencé comme un projet de construction dans le nord d'Haïti en 1982, et inclut désormais les cliniques médicales Tovar et Latannerie et l'orphelinat et l'école haïtiens Robert Ford à Grison-Garde.

Dr Raymond Ford, directeur médical de la mission, supervisait l’équipe de Volontaires en mission de Warren bénévoles. La Providence United Methodist Church à Charlotte, en Caroline du Nord, est l'associé fondateur de la mission. Deux églises méthodistes Unies de Virginie, Fredericksburg et Williamsburg, fournissent également des fonds.
Pour Warren et son équipe, les blessures consécutives au séisme ont entraîné d'autres préoccupations. Elle a aidé une adolescente de 16 ans ou 17 ans, qui lui a amené un garçon âgé de 5 mois atteint d'une infection staphylococcique sur son visage. La mère de l'enfant, un parent de la jeune fille, avait été tué dans le séisme.

L'infection a été traitée avec succès par des antibiotiques, mais Warren, une nouvelle grand-mère elle-même, est préoccupée par la santé à long terme du bébé de santé. Elle a demandé comme elle alimenterait le garçon et la jeune fille ne sut pas quoi répondre.

Avec un biberon et des recommandations, elle a donné des instructions à la jeune fille sur «la manière de devenir une mère». Mais l'expérience reflète la pression que subissent désormais les familles haïtiennes face aux conséquences du séisme.

«Des familles sont déplacées et les parents ont le fardeau supplémentaire de devoir prendre soin de membres de la famille avec leur revenu déjà maigre et leur condition d’extrême pauvreté, a-t-elle expliqué.

Preuve de malnutrition

Au-delà des blessures liées aux tremblements de terre, Warren vu des signes de malnutrition chez certains des enfants et des adultes venus à la clinique. Un enfant ne pouvait pas marcher parce que ses jambes étaient trop gonflées. Un autre enfant était tellement enflé que son regard ressemblait à quelqu’un qui avait été frappé au visage, fait-elle remarquer.


Ainsi Warren a sorti les 36 repas déshydratés urgence, - celles que Stop Hunger Now utilise dans les situations de crise et les programmes alimentaires scolaires à travers le monde- , qu'elle avait été en mesure d'apporter dans une valise dans leur petit avion.

Elle a alerté les médecins au sujet des repas qu'elle avait dans sa valise. «Quand ils ont vu la quantité de protéines dans ces repas, nous avons pris la décision de les distribuer aux enfants qui souffrent», dit-elle.
Un stock de repas d'urgence est arrivé en Haïti cette semaine ou était en route vers l'île, selon le révérend Ray Buchanan, pasteur méthodiste uni et actuel président et fondateur Stop Hunger Now.

Un conteneur rempli de 213.000 repas, 124.000 boîtes de poulet précuit et rôti de bœuf, et plus de 31.000 bouteilles d'eau, a été chargé dans le cadre du transport aérien militaire à Miami le 26 janvier. Un bateau est arrivé au Cap-Haïtien le même jour avec près de 40.000 repas et 20 tonnes d'aide médicale et de la nourriture en conserve. Un autre navire en route vers Haïti cette semaine, coordonné par Stop Hunger Now, a transporté plus de 285.000 repas. 

Warren a dit qu'elle regrettait de n'être pas en mesure d'emporter plus de repas à Cap-Haïtien, mais il a ajouté que le pasteur de l'Église méthodiste unie Fredericksburg organise l’acheminement d’un stock de nourriture en Mars. «Nous envisageons un transfert de nourriture à la clinique et à l'orphelinat, en avril, a-t-elle signalé.

* Bloom est rédacteur du service de presse évangélique méthodiste en poste à New York.

28 janvier 2010


Source: umns

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"