Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 25.06.2008   Retour à l'aperçu

Conférence Annuelle Suisse/France/Afrique du Nord à Bâle (Suisse)

[Credits] Du jeudi 26 au dimanche 29 juin 2008 se déroule sous la présidence de l’évêque Patrick Streiff la Conférence Annuelle (CA) Suisse/France/Afrique du Nord de l’Eglise Evangélique Méthodiste (EEM) en présence des délégués laïques et pasteurs. Cette importante session se tient au moment même où se jouent les derniers matchs de l’Euro 2008. De propos délibéré, le thème choisi pour encadrer ce synode ecclésial est “Prendre la balle au bond”. Au nom du comité d’organisation, le pasteur Walter Wilhelm espère que tous les participants à la CA ’08 en retireront “ de nouvelles impulsions susceptibles de les aider, en tant qu’EEM, à ne pas rester sur la touche dans leur cheminement avec le Christ”.
Voici le message qu’il adresse aux participants. Il s’inspire librement de propos tenus par l’évêque John L. Hopkins à l’occasion de la Conférence générale d’avril 2008.

1. Lorsque les louanges montent, les bénédictions descendent !
Si l’on considère l’Eglise comme un problème à régler et non pas comme un cadeau à recevoir et à partager, nous nous perdons dans des questions institutionnelles, nous heurtons à de nouveaux problèmes à régler et voyons fondre nos forces spirituelles. Pouvons-nous laisser nos récriminations à la porte et voir, consciemment, où vit l’Eglise ?

2. L’espérance est plus forte que la mémoire
Les plus beaux jours du mouvement évangélique méthodiste sont devant nous. Pourtant, nous avons toujours été tentés d’idéaliser le passé plutôt que d’aller de l’avant – confiants que la bonté de Dieu nous accompagnera dans des temps nouveaux et des lieux inconnus. Notre vision sera-t-elle plus forte que notre rétrospection ?

3. Il est faux de vouloir choisir entre édifier l’Eglise et servir le monde.
Il est également faux de vouloir choisir entre la mission et la défense des opprimés, la grâce et la justice ou la foi et les œuvres. Parviendrons-nous à concilier sanctification personnelle et sanctification sociale ?

4. Tu n’as pas besoin de tout changer pour tout changer
Si les changements structurels donnent l’impression que l’on progresse, ce sont les activités missionnaires qui nous donnent de l’élan. Sommes-nous capables de collaborer ensemble dans le cadre des domaines prioritaires du profil de l’EEM choisis l’année dernière (animés par la bonté de Dieu, nous transmettons son amour en paroles et en actes / animés par la passion de Dieu, nous nous engageons pour le bien de toutes et de tous dans la société) et d’exprimer ainsi notre identité et notre mission ?

5. La somme du tout est plus grande que le total de ses parties.

Diriger l’Eglise en laissant la hiérarchie introduire des nouveaux programmes, changer les structures ou modifier la répartition des finances ne suffit pas. Nous devons regrouper les initiatives lancées au niveau local et créer des liens entre elles. La Conférence annuelle sera-t-elle favorable à ce que des églises locales participent au modelage de ses domaines prioritaires ?

6. Donne ton argent en fonction de ton cœur.
Nos églises locales et nous-mêmes, en tant que Conférence annuelle, élaboreront-elles leurs budgets de manière à accorder la priorité à nos deux domaines prioritaires ?

7. Dieu n’agit pas toujours selon un cycle annuel.
La Conférence annuelle nous offre l’occasion de célébrer ce que Dieu a réalisé, réalise et réalisera au travers de personnes de l’EEM. Penserons-nous au fait que nos églises locales n’attendent pas que la Conférence annuelle leur dise ce qu’elles ont à faire ?

8. Un mouvement a plus de force qu’une institution.
Les institutions concentrent leurs forces sur un résultat à atteindre. Le mouvement invite des gens à participer avec passion à la réalisation d’un objectif. Assumerons-nous notre tâche de direction en manifestant de la passion pour ce mouvement ou parlerons-nous simplement des changements institutionnels qui ont été décidés ?

9. La responsabilité personnelle est au centre du service à Dieu.
La manière dont nous vivons aujourd’hui notre condition de disciples de Jésus-Christ détermine l’existence de notre Eglise à l’avenir. Pouvons-nous nous imaginer que tous les membres de l’EEM se réveillent chaque matin en ayant pour but d’être en chemin avec le Christ – animés par Dieu et tournés vers les humains, pour changer le monde ?

10. N’oubliez pas les Règles générales.
Dans son livre « Trois règles simples », l’évêque Rueben Jobs écrit : « Il existe trois règles simples qui ont le pouvoir de changer le monde. Prendrons-nous personnellement la responsabilité de nous engager pour 1) Ne pas faire le mal, 2) Faire le bien, et 3) Rester dans l’amour de Dieu ? »

Avec eemni, suivez cette importante manifestation dans le détail.


Source: EEMNI

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"