Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 18.07.2008   Retour à l'aperçu

Suisse, Bâle : CA 2008 Vendredi 27 juin 2008 (3)

[Credits] Conférence annuelle ’08 - du 26 au 29 juin 2008
Vendredi
Bethesda - CMFT - Jubilé en musique

Bethesda

Le pasteur Michel Weyer présente son rapport concernant l’oeuvre diaconale de Bethesda en pleine expansion. L’association met en oeuvre de nouveaux projets de construction, trois nouveaux immeubles pour l’accueil de personnes âgées. Aux délégués de la CA, Michel Weyer partage sa préoccupation du moment, son souci qu’à l’avenir ces institutions qui ont vu le jour au sein de l’EEM lui demeurent attachées et vice-versa : “une mère est appelée à ne pas oublier ses enfants devenus adultes”. Pour l’heure, il s’attache à renforcer les liens des établissements Bethesda avec la famille protestante. De prime, les autorités administratives font pression : “travaillez ensemble, car nous ne pouvons pas multiplier les partenaires dans nos négociations annuelles”. La tendance est donc à la concentration toujours plus grande des associations à caractère diaconal ; tout naturellement, Bethesda se rapproche d’œuvres qui lui sont proches spirituellement.
Bethesda, déjà membre de la Fédération protestante de France à travers sa congrégation de soeurs, souhaiterait vivement que l’ensemble de l’Eglise, l’UEEMF, en soit membre à son tour, ses interlocuteurs protestants ne comprenant pas la position présente de l’Eglise, selon M. Weyer.
En passant, il signale qu’en 2009 seront fêtées les 120 ans de diaconie en Alsace.

Extraits de son rapport :
Bethesda et ses projets en voie de réalisation

À l’heure qu’il est, Bethesda emploie 180 salariés et offre 388 lits et places au service de la personne âgée et dépendante dans ses quatre maisons, à Strasbourg, à Mulhouse et à Munster. À ceci s’ajoutent ses 42 studios strasbourgeois pour étudiants. Plusieurs projets vont augmenter cette offre de services de notre œuvre diaconale.

Bethesda Contades (Strasbourg) est engagé dans la préparation des travaux qui conduiront à une restructuration architecturale de l’établissement et à la création d’une grande salle polyvalente qui, en plus des fêtes et des cultes qu’elle permettra, devrait faciliter l’ouverture vers la population du quartier. La création d’un « service Alzheimer » viendra également enrichir les prestations de l’institution.
Bethesda Arc-en-ciel (Strasbourg) a étendu son Service de Soins Infirmiers à Domicile qui est passé à 62 places. La maison travaille à la création d’un futur service de soins palliatifs.
Bethesda Foyer Caroline (Munster) aura également très bientôt son Unité de Soins Protégés (section Alzheimer).
Le projet Bethesda Village qui prévoit notre implantation au sud de l’agglomération strasbourgeoise est en bonne voie. La demande du permis de construire pour la RPA (résidence pour personnes âgées encore valides) a été déposée et va permettre le démarrage du premier volet de ce projet polymorphe (RPA + EHPAD de 85 places + services d’aide à domicile).
La Résidence-services étudiants Bethesda (Strasbourg) met ses 42 studios à la disposition d’étudiants demandeurs. Bethesda n’étant pas (encore) en mesure d’y assurer une activité d’aumônerie qui devrait permettre notre « présence spirituelle » dans cette structure, nous avons instauré une collaboration avec l’aumônerie universitaire protestante de Strasbourg.
Bethesda est engagé dans un processus très volontariste de formation continue des professionnels auxquels a été confiée une responsabilité au sein de ses établissements ou services. Cela est devenu absolument indispensable au vu de la professionnalisation croissante du secteur et, surtout, du fait que nos établissements (tous sous conventions tripartites) vont être soumis à des évaluations de plus en plus contraignantes. Face à cette montée en puissance des compétences professionnelles de nos salariés responsables, la question de leur formation « diaconale », donc spirituelle et théologique, va se poser avec toujours plus d’acuité. C’est un défi que nous avons décidé de relever ensemble avec d’autres œuvres diaconales.

Bethesda en « réseau protestant »
Bethesda est aujourd’hui un élément très actif au sein d’un mouvement de rapprochement qui, depuis la fin de 2005, s’est emparé de six œuvres diaconales alsaciennes dans la mouvance protestante. Un groupement de coopération (éventuellement une union d’associations) est en voie de construction. Vont ainsi travailler ensemble Bethesda, Bethlehem (Strasbourg), Emmaüs-Diaconesses (Strasbourg), Sarepta (Dorlisheim), le Diaconat protestant de Bischwiller ainsi que Salem (Barr). À l’instar de Bethesda, les Associations sœurs concernées sont toutes à l’œuvre dans le secteur social et socio médical au service de la personne âgée et dépendante. Ensemble, nous totalisons plus de 1.100 lits et places et employons plus de 500 salariés.

Seuls, il nous devient toujours plus difficile de faire face aux enjeux d’un secteur envahi par la recherche du profit. Grâce à Dieu, nous jouissons tous aujourd’hui d’une situation financière saine, mais les enjeux sont grands. Un rapprochement ne peut que nous renforcer et nous rendre plus aptes à relever les défis de demain. Ceci n’est pas vrai sur les seuls plans professionnel, administratif, gestionnaire ou financier. Face à la professionnalisation et laïcisation, mais aussi aux regroupements et fusions qui caractérisent actuellement l’évolution de notre secteur d’activité, nous sommes en effet aussi très soucieux de ne pas perdre l’identité de nos origines ; nous voulons pouvoir continuer à nous référer à nos valeurs chrétiennes et protestantes, garder notre spécificité dans un secteur marqué de plus en plus par des logiques économiques, administratives et professionnelles. Il nous sera plus facile de le faire ensemble qu’en ordre dispersé. C’est pourquoi notre rapprochement inclut, au-delà des mutualisations de compétences et de moyens, un projet commun d’aumônerie, capable d’œuvrer systématiquement en vue d’assurer une réelle « présence protestante » au sein de nos 13 maisons de retraite actuelles.

La question du profil et de l’identité interpelle toutes les œuvres protestantes
Non seulement Bethesda resserre ses liens avec d’autres œuvres diaconales alsaciennes, mais notre œuvre se voit également engagée dans le débat tel qu’il se développe au sein de ce bras social de la Fédération Protestante de France qu’est la Fédération de l’Entraide Protestante (qui, pour l’Est de la France, s’appelle la Fédération des Œuvres Évangéliques). Les « Journées nationales de la FEP » de mars 2008, à Strasbourg, ont été entièrement consacrées au thème « Comment vivre aujourd’hui son identité protestante dans l’action sociale ? »

Ce que Bethesda souhaiterait de la part de l’EEM en France
Les journées nationales de la FEP furent pour notre œuvre diaconale l’occasion de se poser une nouvelle fois la question : Pourquoi l’absence de notre église au sein de l’organe fédérateur du Protestantisme français ? Bethesda est en effet membre de la Fédération de l’Entraide Protestante, donc de la Fédération Protestante de France elle-même, alors que l’église qui lui a donné naissance - et à laquelle Bethesda voudrait pouvoir continuer à s’adosser - se tient toujours encore à distance de cette Fédération. Cela n’est pas sans inconvénients. Un exemple pour illustrer les situations que cela peut engendrer : le Président de Bethesda est membre du Conseil d’Administration de la FOE, région Grand-Est de la FEP ; il occupe à ce titre un siège au sein du Conseil d’Administration de la Faculté de Théologie de Strasbourg ; l’une de ses missions consiste à travailler à l’élaboration d’un Master en Diaconie protestante ; en effet, toutes les églises protestantes en France sont soucieuses aujourd’hui de ne pas voir leurs œuvres diaconales abandonnées à des professionnels de plus en plus tributaires des logiques et des dynamiques en vigueur dans les domaines administratif et économique, et qui risquent de devenir moins sensibles aux valeurs et enjeux d’une diaconie protestante. L’œuvre diaconale évangélique-méthodiste en France souhaiterait donc voir son église prendre place à ses côtés au sein de la Fédération, de ses instances et des débats et stratégies qui s’y développent, comme c’est le cas pour la plupart des autres églises et de leurs œuvres.

CMFT
Grégoire Chahinian, nouveau président du Centre Méthodiste de Formation Théologique, présente son rapport. Il remercie les équipiers qui s’investissent dans le CMFT, pasteurs et laïques. Le CMFT a poursuivi paisiblement son travail en cette année 2007. “Pas de grands projets, mais un travail dans la fidélité et la persévérance”.

Actuellement 4 étudiants sont en temps d’accompagnement ; ils étaient présents au Séminaire d’Ecclésiologie lors de la pastorale de l’UEEMF en mai 2007 et ont participé à celui sur la « Conduite d’Eglise » en avril 2008.

Divers livres sont en cours de réalisation, en particulier une nouvelle version de la brochure Brève présentation de l’Eglise Evangélique Méthodiste publiée lors de la CA ’08.

La commission de réflexion théologique a produit des textes de réflexion en vue d’interpeller les églises locales et de stimuler les pasteurs dans leur ministère. Le dossier de réflexion pour 2008 a pour thème : « Quelle herméneutique ? Pour quelle Eglise ? ». Il a servi de base pour la pastorale francophone de mai 2008.

18 personnes suivent actuellement ce cours de formation : 16 résident en France et les 2 autres sont des Africains vivant en Suisse. Au-delà de l’aspect « scolaire », une relation suivie est proposée à chacune d’elles (par téléphone, mail, entretien personnel). Des rencontres communes avec l’ensemble des étudiants sont proposées régulièrement.

Par ailleurs, le CMFT participe activement à la rédaction française du programme de formation des Prédicateurs laïcs avec affectation pastorale, pour la francophonie, au niveau mondial de notre Union d’Eglise. Le contenu de la première année est édité 2008, celui des trois autres d’ici un an. Cette formation concerne les pays suivants : Cameroun, Côte d’Ivoire, France, RDC/Congo, Sénégal, Suisse romande, Ouganda, Burundi, Kenya, Soudan, Ruanda, les Haïtiens vivant aux USA.

Le CMFT représente notre Union (UEEMF) au sein du Conseil d’Administration de la Faculté Libre de Théologie Evangélique de Vaux-sur-Seine (près de Paris).

Grégoire Chahinian a rendu hommage à deux membres sortants de la commission, Michel Weyer et René Gerber. “Deux remarquables serviteurs ont demandé à être déchargé de leur fonction : Michel Weyer, qui fut président du CMFT jusqu’à la Conférence Annuelle de 2007, et René Gerber, notre secrétaire dévoué. Nous exprimons au Seigneur notre reconnaissance pour leurs dons respectifs et les remettons à sa grâce bienveillante.”

Jubilé en musique

Au cours de la soirée, plusieurs pasteurs de l'Eglise évangélique méthodiste (EEM) ont eu droit aux honneurs pour avoir servi l’EEM un certain nombre d’années et trois autres à leur départ à la retraite. A chacun des pasteurs ainsi honorés était dédié un morceau de musique ou un chant de tous les styles, du jazz au classique.
William Hanna et Daniel Nussbaumer étaient en charge de l’animation de la soirée. Il leur revenait le soin d’adresser un message spécifique et les félicitations à chaque jubilaire ou retraité.
Les Jubilaires ont à leur actif de 10 à 50 années de ministère. Sur les douze Jubilaires, neuf seulement ont pu assister à la fête et entendre jouer ou chanter leur chanson préférée.
Hugh Johnson accompagné de son épouse ont derrière eux 50 ans de ministère. Il a été actif durant 45 ans en Algérie jusqu’à cette année, où son visa n’a pas été reconduit par les autorités algériennes. Hopfengaertner Erwin, 35 ans, Lienhard Roser, 30 ans, Jean-Ruben Otge et Josué Eschavaril fêtent 20 ans de ministère, Peter von Kaenel, Kaethi Baer et Evelyne Otge (21 ans) ; enfin Andreas Steiner, Martin Streit, Robert Gillet et Roswitha Golder (11 ans) fêtent les dix ans de ministère.


Source: EEMNI

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"