Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 04.10.2007   Retour à l'aperçu

États Unis, New-York : un responsable d’église appelle à la fin de la violence en Birmanie

[Credits] Un responsable évangélique méthodiste a appelé les membres de sa dénomination ainsi que ses partenaires dans la mission à s’insurger contre le débordement de violences du gouvernement birman.

"Je fais instamment appel à tous les Evangéliques Méthodistes ainsi qu’à nos partenaires dans la mission de soutenir par la prière une juste paix et un avenir de liberté pour ce pays autrefois connu sous le nom de Birmanie," a dit le pasteur R. Randy Day dans une déclaration à la presse le 29 septembre.

"Pressons aussi les gouvernements respectueux des droits de l’homme à user de leur influence sur le gouvernement de Birmanie pour qu’il engage une politique et des pratiques démocratiques et cesse de recourir à la violence en réponse aux protestataires pacifiques."

Les manifestations contre le régime militaire ont commencé le 19 août et n’ont cessé de prendre de l’ampleur, quand des moines bouddhistes, révérés en Birmanie, ont commencé des manifestations majeures. Le 26 septembre, l’armée a commencé à utiliser des gaz lacrymogènes et à tirer sur les foules de manifestants, avec un nombre indéterminé de morts. Un photographe japonais Kenji Nagai a été abattu d’un coup de feu. La photo de l’Agence Reuters a fait la Une du "New-York Times" le 28 septembre. Il est mort plus tard.

Le représentant des Nations unies, Ibrahim Gambari, est arrivé le 29 septembre dans ce pays asiatique du sud-est pour demander à la junte dirigeante de Birmanie de s’abstenir de la violence. Il a rencontré le lendemain plusieurs membres de junte et la responsable de l’opposition Aung Suu San Kyi assignée à résidence et essayé de rencontrer le chef de la junte au pouvoir le 1er octobre, selon l’Associated Press.

Day a recommandé au Président américain George Bush d’appliquer des sanctions économiques aux hauts représentants du gouvernement birman. " La Chine, le premier partenaire économique de Birmanie, devrait aussi prendre des initiatives positives pour réduire l’oppression en Birmanie par le biais économique, " a-t-il ajouté. " Nous faisons aussi appel aux Nations unies pour assurer la non-violence et la liberté en Birmanie d’une manière ou d’une autre. "

Il a dit que les chrétiens avec qui le Conseil Mondial de la Mission (EEM) a eu contact en Birmanie disent que «le changement est essentiel, mais (ils) espèrent une transition pacifique, non violente".

L’Église Méthodiste de Haute Birmanie a été fondée à Mandalay en 1887 par plusieurs pasteurs méthodistes britanniques et est devenue plus tard le District de Birmanie au sein de la Conférence Méthodiste britannique.

L’Église Méthodiste plus petite de Basse Birmanie, fondée par des missionnaires américains à la fin des années 1800, connait une scission en 1994, mais fusionne en 2000 et élit pour évêque Zothan Mawia.

Les deux églises sont devenues autonomes quand la Birmanie a obtenu l’indépendance en 1964. Tous les missionnaires sont partis et les écoles, les hôpitaux et les autres institutions dépendantes de l’église ont été nationalisées.

Aujourd’hui, l’Église Méthodiste en Haute Birmanie compte 16,677 membres à part entière et 27,610 amis selon son site Web, avec 194 églises locales, appelées sociétés, dans huit districts. Le Séminaire Théologique méthodiste de Birmanie avait 97 étudiants pendant l’année scolaire 2006-2007 et reçoit son accréditation de l’Association pour l’Enseignement Théologique en Asie du Sud-Est.

1er octobre 2007


Source: Service de presse évangélique méthodiste (UMNS)

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"