Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 17.02.2007   Retour à l'aperçu

Afrique orientale : le nouvel évêque fait face aux divisions et à l'anarchie en Afrique orientale

[Credits] Linda Green

L'Église Evangélique Méthodiste en Afrique orientale est "presque dans un état d'anarchie" et a besoin d'urgence de guérison, selon son nouvel évêque.

C'est particulièrement vrai dans des pays comme le Burundi, le Kenya et le Rwanda où il y a des divisions, a dit l'Évêque Daniel Wandabula de l'Ouganda. Il a été élu évêque le 27 mai par la Conférence Centrale Africaine de la dénomination, qui s'est rencontrée à la Cité universitaire Africaine de Mutare, Zimbabwe.

Il remplace le dernier Évêque J. Alfred Ndoricimpa mort en juillet dernier et devient ainsi l'évêque en résidence de l'EEM pour l'Afrique orientale, qui inclut le Burundi, le Kenya, le Rwanda, le Soudan et l'Ouganda.  

Avant son élection, Wandabula avait exercé le ministère pastoral. Il avait été l'ancien doyen des surintendants et le coordonnateur de projets pour le District de l'Ouganda/Soudan au sein de la Conférence Annuelle de l'Afrique orientale de la dénomination. Il a travaillé pour les habitants de l'Afrique orientale pendant plus de huit ans et visité tous les cinq pays. Comme évêque, il laisse entendre que les gens attendent beaucoup de lui.
La situation actuelle des pays et la mort de Ndoricimpa ont laissé l'Eglise "confrontée à beaucoup de problèmes," a dit l'évêque. Des évêques Evangéliques Méthodistes des pays avoisinants ont fourni quelque aide, a-t-il noté. Cependant, les problèmes demeurent significatifs.
"L'Eglise a été quasiment dans un état d'anarchie et il y a beaucoup de désaccords dans l'église, tout particulièrement dans des pays comme le Burundi et le Kenya et le Rwanda," a dit Wandabula.

Différents groupes ethniques et tribaux qui composent la Conférence Annuelle sont tentés par le séparatisme. Les années de guerre - au Rwanda, au Sud du Soudan et au nord de l'Ouganda en particulier - ont multiplié le nombre d'orphelins et entraîné le délabrement ou la destruction des infrastructures. Des enfants en Ouganda sont enlevés et réduits à l'esclavage par des rebelles. Au Rwanda, au moins 22,000 survivants du génocide et des violences des années 1994 sont sans abri et on commence à débattre, après qu'une enquête ait relevé des irrégularités dans l'usage des fonds censés aider les survivants.

La crise du Darfour, au Sud du Soudan, a commencé en février 2003, quand plusieurs tribus africaines se sont unies contre le gouvernement de Khartoum. Le gouvernement a exercé des représailles en armant une milice devenue célèbre sous le nom de Janjaweed. Cette milice a assassiné des hommes et des garçons, violé en tournante des femmes et des jeunes filles et détruit des stocks de nourriture et des provisions d'eau. On estime le nombre des personnes déplacées à plus de 2.5 millions.
Les Evangéliques Méthodistes en Afrique orientale demandent à disposer d'un plus grand nombre de pasteurs mieux formés et de professionnels avisés à même de mener des projets de développement pour le bien des communautés.

Suite à l'élection de Wandabula, l'Évêque zimbabwéen Eben Nhiwatiwa a décrit l'Afrique orientale comme un défi à relever. "L'Afrique a besoin d'un esprit de guérison et nous savons que nos frères et soeurs continueront à y montrer de la maturité et grandiront avec leur évêque."

Dresser les priorités


Wandabula a décrit un ébauche d'ordre du jour pour l'Eglise dans son diocèse. Son premier objectif est de visiter les pays ou que des délégations entrent dans les pays "où il y a de la division et s'assurent que nous nous réconcilions puisque nous prêchons l'évangile de la réconciliation." L'Eglise a la responsabilité "d'apporter l'évangile, d'apporter un espoir et nous croyons que Jésus Christ est celui qui peut apporter l'espoir là où il n'existe aucun espoir."

"Je crois qu'en ayant confiance en Dieu et en travaillant comme une équipe nous serons capables d'avancer et nous serons capables de construire une Eglise et nous savons que l'Eglise guérira; nous savons que l'Eglise grandira, non seulement sur le plan numérique, mais aussi sur le plan spirituel,"
a-t-il ajouté.

Les Eglises qui font partie de la Conférence des Eglises de Toute l’Afrique (CETA) font oeuvre de guérison et de réconciliation dans la région à la demande de gouvernements, de la société civile et de la communauté internationale.

La Conférence Générale 2004, le corps législatif supérieur de l'Église Evangélique Méthodiste, a chargé la Commission Mondiale de la Mission de l'EEM (GBGM) de suivre de près la crise au Darfour et d'agir sur le terrain pour favoriser la paix et l'engagement humanitaire.

En février 2005, l'Oeuvre d'Entraide et de Secours de l'EEM (UMCOR) a entrepris des opérations au Darfour pour l'intervention humanitaire et le développement. En agissant à Khartoum et à Al Daein, Sud Darfour, l'agence fournit de l'aide humanitaire et offre ses services en ce qui concerne l'eau, l'assainissement et l'agriculture.

Wandabula a dit que l'organisme d'aide humanitaire avait aussi commencé des opérations à Yei au Soudan du sud et les partenaires missionnaires de l'Eglise à la Conférence Annuelle de Holston ont répondu massivement à l'appel et se déclarent prêts à apporter leur contribution pour la paix au Darfour. Il a dit que la Conférence y apportera des moyens, construira des écoles le secteur de Yei et financera le salaire des pasteurs qui se sont sacrifiés et ont travaillé sans aucune rémunération.

"Notre espoir est grand, dès lors que nous sommes en partenariat avec l'Oeuvre d'Entraide et de secours de l'EEM, l'UMCOR, la Conférence de Holston et d'autres associés dans le monde entier," a-t-il dit.

Il est urgent d'agir au Soudan

Des Evangéliques Méthodistes sont parmi les signataires d'une lettre ouverte adressée le 24 mai ouverte au Président Bush sur le Darfour, lui demandant des actions précises pour arrêter le génocide au Soudan.
Le 5 mai, un accord a été signé en vue de la paix au Darfour. Bush a négocié l'accord entre le gouvernement soudanais et le plus grand groupe de rebelles du Darfour.   Bien que la Coalition formée pour sauver le Darfour ait tenu le pacte comme un premier pas important, la violence et le génocide continuent. "La famine, la torture, la mutilation et le massacre d'hommes, de femmes et d'enfants continuent. Et le nombre des morts ne cesse de grimper," déclare la coalition.

La coalition a publié "Maintenir la Direction de l'Amérique au Darfour," un site http://savedarfur.org/, pour encourager le Président Bush à envoyer une force de maintien de la paix Nationale Unie dans le pays avant le mois d'octobre.

Un article publié le 7 juin par l'AP a rappelé la position du gouvernement soudanais. Ce gouvernement soudanais aurait déclaré lors d'un Conseil de sécurité qu'il n'approuverait pas immédiatement l'envoi d'une force de maintien de la paix de l'ONU au Darfour, mais désirait continuer à parler du renforcement de la présence de troupes d'Union Africaines.

Le 8 juin 2006


Source: Service de presse évangélique méthodiste (UMNS)

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"