Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 21.12.2007   Retour à l'aperçu

Suisse, Berne : lettre ouverte au président de la République du Brésil

[Credits] La Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS) et la Conférence des évêques suisses (CES) soutiennent l'évêque brésilien Luiz Flavio Cappio,  engagé dans une grève de la faim. Ils expriment, dans une lettre ouverte au président de la République du Brésil, Luiz Inácio Lula da Silva, leur profonde inquiétude concernant la situation. Par une grève de la faim, l'évêque de Barra s'oppose aux travaux de détournement des eaux de la rivière São Francisco.
 
Lettre ouverte à
Son Excellence
M. le Président de la République du Brésil
Luiz Inácio Lula da Silva
Brasilia
 
Berne/Fribourg, le 18 décembre 2007
 
Votre Excellence,
 
C'est avec une profonde inquiétude que la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS) et la Conférence des évêques suisses (CES) ont appris la reprise de la grève de la faim de Mgr Luiz Flavio Cappio, évêque de Barra, le 27 novembre dernier, à cause du projet de détournement des eaux de la rivière São Francisco.
 
Ensemble avec le Conseil National des Églises chrétiennes du Brésil CONIC et la Conférence nationale des Évêques du Brésil CNBB, la FEPS et la CES ont signé en 2005 une déclaration œcuménique sur l'eau comme droit humain et bien public.  Dans ce document nous rappelons que l'eau est une condition fondamentale de toute vie, qu'elle est un droit de l'homme et qu'elle a une signification spirituelle.
 
C'est porté par cette conviction qui dépasse les intérêts politiques et économiques immédiats que Mgr Cappio poursuit son engagement. Les Églises au Brésil et en Suisse soutiennent cette initiative courageuse. Après plus de deux semaines de jeûne, et au vu d'un état de santé qui se détériore, nous espérons que le gouvernement brésilien pourra rouvrir le dialogue avec la société civile et faire un geste de bonne volonté à l'égard de cette action, comme cela avait été promis.
 
Alors que nous venons de commémorer le 10 décembre la Journée internationale des droits de l'homme et que les gouvernements du monde entier ont réussi à trouver un compromis à Bali lors de la Conférence sur le climat, nous vous prions de bien vouloir entendre la voix de Mgr Cappio et d’interrompre les travaux entrepris par l'armée.
 
Pour les Églises au Brésil et en Suisse, l'eau doit être reconnue localement et mondialement comme un droit de l'homme, elle doit être traitée comme un bien public, et il importe de fixer des priorités légales à l'utilisation de l'eau. Cela implique en particulier une politique écologique préventive, en l'occurrence une stratégie de revitalisation de l'écosystème fluvial.
 
Nous remercions par avance le Gouvernement du Brésil pour toutes les démarches qu'il entreprendra pour apporter une solution humaine et non-violente à cette situation.
 
Thomas Wipf, pasteur, président du Conseil de la Fédération des Églises protestantes de Suisse
Mgr Kurt Koch, président de la Conférence des évêques suisses
 
18 décembre 2007


Source: FEPS/Conférence des évêques suisses

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"