Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 30.10.2006   Retour à l'aperçu

Pakistan: « J’ai vu tomber les croix de toutes les Eglises » affirme une missionnaire

[Credits] Alors que l’ensemble des Eglises s’apprêtent à porter dans la prière les chrétiens persécutés dans le monde le dimanche 5 novembre, cette nouvelle relayée part l’agence catholique zenit se focalise sur la souffrance des chrétiens, toutes dénominations confondues, au Pakistan devant la montée de l’intolérance.

Sœur Pilar Vilasanjuan, de la Congrégation Jésus et Marie, missionnaire espagnole à Lahore au Pakistan, a affirmé que pour la minorité chrétienne, il est « difficile de vivre ».

Ce dont ont le plus besoin les missionnaires qui travaillent dans les pays musulmans, ce sont les prières.

« Les chrétiens souffrent ici tous les jours, non pas du fait du manque de nourriture ; ils ont de quoi manger, mais ils sont chassés des usines parce qu’ils sont chrétiens ; c’est une situation terrible impossible à expliquer », a-t-elle affirmé, en insistant sur la nécessité de la « tolérance » et de la « réciprocité ».

Dans une conversation téléphonique depuis Lahore, il y a quelque temps, la religieuse affirmait : « Il y a cinq minutes j’ai conduit hors du pays une famille menacée parce qu’elle était chrétienne ».

Sœur Pilar a également critiqué l’attitude de l’Europe à l’égard de l’islam : « En Europe nous ne sommes pas soutenus, on soutient l’islam ; mais plus ils obtiennent là-bas de considération, plus ils sont durs à notre égard ici ».

Tandis qu’en Europe on continue à construire des mosquées, commente la missionnaire, elle « a vu tomber les croix de toutes les Eglises ; ils veulent que nos temples aient des toits plats, sans croix, afin que l’on ne remarque pas que ce sont des églises ».

« J’aime ce pays, poursuit sœur Pilar, mais quand on parle de foi il n’y a pas de respect ».

La religieuse a exprimé son désir de vivre parmi les musulmans, en les aimant et en les respectant, mais elle demande « la même chose pour nous ».

Sœur Pilar est convaincue que les missionnaires dans ces pays ont avant tout besoin de prières.

« Aujourd’hui être missionnaire dans certaines régions est dangereux », et les prières aident « à aller de l’avant », affirme-t-elle. « Les intolérances, reconnaît-elle, se multiplient en vengeances, grandes ou petites ».

Mardi 24 octobre 2006


Source: zenit

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"