Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 11.04.2006   Retour à l'aperçu

Allemagne, Hanovre: la commission exécutive de la Communion des Eglises Protestantes d'Europe prend position sur la liberté religieuse et la liberté d'opinion

[Credits] La Communion des Eglises Protestantes en Europe (CEPE) regroupe diverses églises européennes (réformées, luthériennes et méthodistes) signataires de la Concorde de Leuenberg établissant l’échange de chaires, la reconnaissance des ministères et l’hospitalité eucharistique. La commission exécutive du CEPE vient de se réunir du 6 au 8 avril à Budapest (Hongrie) et a produit ce texte essentiel sur deux piliers fondamentaux des droits de l’homme, la liberté religieuse et la liberté d’expression. Cette prise de position survient au lendemain de la crise déclenchée dans le monde par la publication des caricatures de Mahommed. Parmi les signataires de ce texte figure l’évêque méthodiste allemand Walter Klaiber. EEMNI


A l'unanimité fut adopté texte suivant:


Il ne faut jamais se battre pour la vérité par la force, mais seulement par la parole

Introduction


Les conflits autour de la publication des caricatures du prophète Mohammed soulèvent des questions fondamentales relatives à l'exercice des droits fondamentaux dans nos sociétés, car la liberté d'expression y compris la liberté des médias et de l'art sont comme la liberté de pensée, de conscience et de religion un élément-clé des valeurs communes de l'humanité.

La Communion des Eglises Protestantes en Europe - Communauté d'Eglises de Leuenberg - (CEPE) souligne la responsabilité des églises à défendre la liberté d'opinion, qui va de pair avec un usage responsable de la liberté en tout. Les églises s'apprêtent au dialogue avec les croyants comme elles s’autorisent le dialogue avec des personnes sans conviction religieuse. Il est du devoir de tous de contribuer par le dialogue à l'édification d'une société pacifique et juste. Ce principe prévaut en particulier là où il y des conflits et des différends.

Les droits fondamentaux

Les droits fondamentaux forment un cadre juridique reconnu en général dans le droit mondial. Le droit de manifester librement son opinion en fait partie. C'est pareil pour le droit de la liberté de pensée, de conscience et de religion et la protection contre les discriminations (cf. la Déclaration Universelle des droits de l'homme du 10.12.1948, la convention Européenne pour la protection des droits de l'homme et les principales libertés du 4.11.1950 et le pacte International sur les droits économiques, sociaux et culturels du 19.12.1966). Les droits fondamentaux garantissent aux sociétés européennes le pluralisme, la tolérance, la justice, la solidarité et la non-discrimination. Le comité exécutif du CEPE observe avec souci les tendances actuelles visant à limiter l'importance des droits fondamentaux pour des raisons religieuses.

Liberté

On ne peut pas opposer la liberté d'opinion à la liberté d'exercer sa religion. La liberté de la foi et de la conscience, la liberté de parole et le respect de la dignité de la personne ne sont pas dépendantes d'une qualité ou d'une prestation humaines. Elles sont fondées sur le fait que la personne est créée par Dieu, sur l'amour sans condition et la grâce prévenante de Dieu.

La liberté religieuse inclut le droit de partager publiquement sa foi et l'exercice public de la religion de même comme le droit de critiquer la religion. Beaucoup de religions ont vu le jour à partir de nouvelles vues théologiques et d'un débat critique avec les religions existantes. C'est valable pour le christianisme et pour l'Islam. Les Eglises de la Réforme en particulier sont issues d'un mouvement libertaire religieux et de la critique de situations et d'enseignements d'église existants. Ainsi le droit de manifester librement ses opinions revêt une importance particulière dans nos églises. Le droit des religions à pouvoir critiquer en public d'autres religions ou conditions sociales, doit inclure la disposition de coeur à se remettre soi-même en cause par tous les moyens rendus possibles par la liberté d'expression. Une religion qui s'élève et s'immunise elle-même contre toute forme de critique est totalitaire. Elle mésestime finalement la différence entre elle-même et son fondement transcendant, entre Dieu et la foi qui l'atteste.

Responsabilité

En même temps, la liberté n'est jamais sans limite selon une compréhension protestante, mais elle est toujours liée avec la responsabilité et l'amour. Comme Martin Luther l'a dit dans son écrit sur la liberté chrétienne, un chrétien est d'une part "un seigneur libre sur tout et soumis à personne", et d'autre part "un valet serviable en toutes choses et soumis à tout le monde". Ce même lien entre la liberté et la responsabilité se retrouve dans le Nouveau testament. "Tout est permis, mais tout ne rend pas service", écrit l'apôtre Paul. Le critère de décision est lié à la question de savoir ce qui sert au bien et à la paix du prochain (1 Corinthiens 10,23ss). La même question se pose aussi dans l'exercice de la liberté d'opinion et de la liberté des médias. Aussi est-il légitimement possible de renoncer à ses droits et à sa liberté au nom de l'amour du prochain.

La liberté d'opinion, la liberté des médias et de l'art ont leurs limites dans le cadre des droits fondamentaux garantis par l'Etat, dès lors qu'elles servent à déprécier des personnes et à favoriser leur discrimination. Le CEPE rejette toute forme de discrimination opérée en raison de la religion ou de la vision du monde, de l'origine ethnique ou sociale sous le prétexte de la liberté d'opinion ou de la liberté de l'art. Le CEPE rejette aussi toute tentative de remise en cause de la liberté d'opinion et d'expression et de la liberté artistique qui se fonderait abusivement sur la défense des convictions religieuses.

Les droits des minorités

Beaucoup d'églises membres du CEPE se retrouvent minoritaires dans leurs pays. Elles savent de leur propre expérience qu'elles peuvent faire très vite l'objet de discriminations en tant que minorité religieuse. Leur accès aux médias étant limité, il s'ensuit qu'elles n'exerceront que de façon limitée leur droit de manifester publiquement leur opinion. Cela dit, les églises protestantes comprennent la situation des musulmans en situation de minorité qui se sentent blessés dans leurs sentiments religieux par la publication des caricatures de Mohammed.

Les chrétiens voient toujours à nouveau la foi chrétienne tournée en ridicule ou se sentent blessés dans leurs sentiments religieux. Ce n'est pas seulement valable pour l'Europe sécularisée, mais encore pour des pays musulmans où la liberté religieuse est limitée. Les Eglises protestantes observent avec inquiétude que la liberté religieuse n'est pas garantie ou seulement limitée pour les chrétiens et chrétiennes et membres d'autres communautés religieuses dans beaucoup de pays musulmans. Au nom des droits fondamentaux, il n'est cependant pas permis de faire des différences en fonction de la position légale ou internationale du pays ou de la région dont provient une personne, cela veut dire que (les droits fondamentaux) l'emportent sur les ordonnances nationales (cf. article 2 de la déclaration Universelle des droits de l'homme).

Paix et réconciliation

A côté de la liberté individuelle, la paix publique est un bien précieux. Celui qui fait usage de son droit (liberté d'opinion et liberté des médias) a la responsabilité de ne pas compromettre sérieusement la paix publique .

En cas de conflit, l'Etat a le devoir de protéger les droits fondamentaux. Celui qui se sent blessé dans ses droits fondamentaux pour avoir manifesté publiquement son opinion ou pour ses représentations artistiques, a la possibilité de revendiquer la protection légale des pouvoirs publics compétents. En outre, il doit aussi avoir la possibilité de présenter ses doléances et de protester en public. La CEPE condamne avec force les actes de violence et les attentats incendiaires à l'encontre d'immeubles officiels ainsi que les menaces de mort à l'égard des caricaturistes et journalistes.

La CEPE demande aux Eglises protestantes en Europe de contribuer avec leurs moyens au dialogue et à la réconciliation, d'encourager la compréhension et le respect entre personnes de différentes cultures et de contribuer à plus de sensibilité au contact des sentiments religieux. En tant que Communion des Eglises Protestantes en Europe, nous faisons confiance au pouvoir de la parole. Nous n'avons pas à nous battre pour la vérité par la force, mais uniquement par la parole. C'est justement pour cela que les droits fondamentaux que sont la liberté d'opinion et la liberté religieuse sont d'un point de vue protestant un bien précieux qu'il s'agit de protéger.

Hanovre, le 8 avril 2006

traduction eemni


Source: CEPE/EEMNI

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"