Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 24.08.2006   Retour à l'aperçu

ÉTATS-UNIS, Cincinnati : l'Église doit changer le monde par son témoignage, parole d'un évêque

[Credits] Pour avoir un impact sur le monde, l'Eglise du futur doit avoir un témoignage plein d'assurance...," selon l'évêque évangélique méthodiste à la retraite George Bashore.

"...Dieu prend l'initiative de nous aimer par le Christ et en conséquence nous endossons l'Esprit de Dieu dans notre rapport à un monde malade."

Bashore a parlé aux participants d’un atelier lors de la Conférence Annuelle du Mouvement Confessant. L'atelier, "Regards d'un Évêque sur l'Avenir de l'Église," était un des nombreux ateliers proposés lors de cette rencontre du 22 au 24 septembre. Il a attiré plus de 300 personnes. Le Mouvement Confessant (Confessing Movement) est un groupe officieux de l'Eglise Evangélique Méthodiste avec pour objectif d’aider l'Eglise à "récupérer son identité doctrinale classique," selon le site Web de l'organisation.

L'évêque est parti à la retraite en l'an 2000 après 12 ans à la tête du diocèse EEM de Pittsburgh et précédemment à huit années dans le diocèse de Boston. Aujourd'hui il est l'évêque-en-résidence de l'Église Evangélique Méthodiste Mount Lebanon à Pittsburgh, où il apporte une étude biblique le mercredi matin.

À travers cette classe, "je me retrouve propulsé dans l'accompagnement pastoral," a dit Bashore.

Un membre de 50 ans de la congrégation lui a demandé, "m'apprendrez-vous comment prier ? Tout ce temps-là, j'ai prié, mais je n'ai pas vraiment prié." Une jeune veuve dont le mari est mort le 11 septembre 2001, suite aux attaques terroristes, a demandé, "Comment puis-je discerner quelle est la volonté de Dieu ? Cette affaire a complètement déchiré ma vie." Un étudiant a voulu savoir un autre mercredi matin un peu plus au sujet de la vie éternelle, alors que la perspective d'une greffe de reins s'éloigne toujours plus de lui.

"Un cœur brisé est toujours synonyme d'un cœur languissant," a dit Bashore, "et un cœur languissant a la nostalgie de Dieu, aspire à rencontrer ce Dieu et à savoir quelque chose de la vitalité de ce Dieu et chacune de nos églises doit être capable de partager ces histoires de foi pour que les coeurs en recherche puissent connaître et reconnaître comment rencontrer ce Dieu et faire l'expérience de ce Dieu.

"Les vérités logiques sont importantes,"
a-t-il dit. Il a dit aux participants de cette Conférence "de lutter pour la foi apostolique au sein de l'Église Evangélique Méthodiste", en ajoutant que les vérités logiques "devaient devenir des vérités d'expérience dans la vie de nos membres d’église au sein de nos congrégations. S'il en est ainsi, l'Eglise va avoir un avenir incroyable".

Des études sociologiques montrent que la foi chrétienne perd son impact sur les valeurs, la moralité et les processus de décision au sein de notre nation, a dit Bashore. À son avis, le problème vient du fait que cette société emploie le vocabulaire de l'Eglise et même les concepts de l'Eglise et ses idéaux, mais sans le contenu de l'Eglise.

"La procrastination* la plus grande, c'est que nous empruntons aux concepts de Jésus et à ses déclarations, mais ne présentons pas les gens à Jésus, la source même du pouvoir qui est derrière ces concepts et déclarations".

Les enfants et les jeunes doivent être formés théologiquement, a ajouté Bashore. Ils doivent non seulement apprendre les termes de la théologie, mais faire l'expérience de la puissance de la croix dans leurs vies.

Les gens quelque peu plus âgés comme ce membre d'église de longue date qui a demandé qu'on lui apprenne à prier, pourraient avoir besoin d'une aide élémentaire, savoir comment prier, comment lire la Bible, comment partager sa foi. Mais plus qu'autre chose, les jeunes et vieux ont besoin d'avoir le sens de la grâce de Dieu et cette grâce de Dieu passe obligatoirement par la croix.

"Nous sommes plus que des amants," a-t-il dit. "Nous sommes plus que des personnes remplies d'optimisme et aux attentes irréalistes. Celui qui a pleuré sur les fils et les filles de Jérusalem avait un désir passionné pour ramener les âmes à Dieu, au point qu'il est allé au-devant de la croix pour réaliser ce projet".

L'évêque a nommé six manières permettant à l'Eglise d'avoir un impact par son témoignage.

- l'Eglise doit témoigner d'un Dieu éternel qui a "éclaté dans notre monde par l'incarnation." Elle doit raconter comment Dieu transforme des gens qui s'éloignent de leurs soucis égocentriques. Il a mentionné les gens de son église de maison à Lancaster, Pa., qui ont porté témoignage lors des réunions d'église : "j'ai rencontré Jésus et il a changé ma vie."

- L'Eglise doit témoigner en prenant soin des gens. Bashore a dit que son retour à l'accompagnement pastoral dans une congrégation lui montrait les différentes manières dont sont rompues les relations et il appartient à l'église de prendre soin des gens "quand la passion et la compassion marchent la main dans la main." "Est-ce que nous nous connaissons les uns les autres ?" A-t-il demandé. "En même temps, nous nous exhortons les uns et les autres à devenir une famille, le corps du Christ, mais ce n'est pas près de se faire."

- l'Eglise doit témoigner par le culte. "On doit en finir avec les cultes ennuyeux et lugubres !" A-t-il dit. "Nous devons dépasser les clivages entre cultes traditionnels et cultes contemporains et grandir dans notre compréhension des dons de Dieu par la diversité culturelle. Le culte doit principalement être évocateur et non juste une liasse de mots. Orthodoxe, ne signifie pas 'la pensée juste', mais signifie 'l'éloge juste'. Et nous ne devons jamais permettre aux gens de quitter nos cultes sans leur donner aussi l'occasion d'un engagement renouvelé" - qui, a-t-il ajouté, pourrait prendre la forme d’une table pour signer une pétition à l'adresse des législateurs aussi bien qu'un appel à s'avancer devant l'autel.

- l'Eglise doit rendre un témoignage victorieux à l'immortalité et à la vie éternelle. "Nous serons la communauté dans le monde entier qui gardera confiance dans la vie et la mort".

- l'Eglise doit affronter le mal humain dans le monde de Dieu. Le monde est devenu une "glocalité", Bashore a dit que les relations dépendent de l'intersection entre le global et le local.

- l'Eglise doit avoir un témoignage visible dans le monde. En se rappelant son sermon à la consécration de l'Évêque Violet Fisher au cours de l'été 2000, Bashore a dit comment une pluie torrentielle avait fait déplacer la réunion dans le grand hall d'un hôtel. À la fin du culte, les clients de l'hôtel étaient tous là regarder des différents étages dans l'atrium.

L'Eglise ne peut avoir un impact sur le monde que " si nous avons un témoignage plein d'assurance," a-t-il dit.

28 Sep. 2005

* PROCRASTINATION en anglais et en français, sens identique. Tendance à différer, à remettre au lendemain une décision ou l'exécution de quelque chose. Synon. ajournement, atermoiement. (TLFI)


Source: Service de presse évangélique méthodiste (UMNS)

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"