Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 22.08.2006   Retour à l'aperçu

États Unis, Cambridge : le harcèlement sexuel demeure un problème sérieux pour l'Eglise, selon une enquête

[Credits] Le harcèlement sexuel demeure un problème dans l'Église Evangélique Méthodiste et les laïques ont besoin de formation et d’informations sur la question.

C'est ce qui ressort d'une enquête sur le harcèlement sexuel menée au début de cette année par la Commission de la dénomination sur le Statut et le Rôle des Femmes. Une enquête précédente en 1990 a défini le harcèlement sexuel comme n'importe quel comportement à caractère sexuel qui est importun ou offensant ou ne respectant pas les droits des autres.

Le pasteur Gail Murphy-Geiss, un ecclésiastique du Colorado et présidente passée de COSROW, a présenté et analysé les résultats de cette enquête au cours de la réunion annuelle de la commission qui s'était tenue du 15 au septembre à Cambridge.
Plus de 6,000 formulaires ont été expédiés par la poste à des membres de l'Eglise aux statuts différents, à des pasteurs d'église, au corps enseignant ainsi qu'à des étudiants de séminaires, à des évêques et à des surintendants, au personnel de l'agence générale et de conférences juridictionnelles, au personnel et délégués laïques de Conférences Annuelles et à des présidents de paroisses.

Des quelque 1,300 réponses, presque 85 % étaient des femmes et environ 60 % des laïcs. L'âge moyen était 51 ans. Les réponses ont montré une différence significative entre pasteurs et laïques dans leur connaissance des règles disciplinaires de l'Eglise Evangélique Méthodiste sur le harcèlement sexuel, selon Murphy-Geiss.
"La différence de perception n’est pas liée au sexe de la personne interrogée," a-t-elle dit. Mais elle a ajouté que peu de femmes savaient où ou comment signaler le harcèlement.

67.3 % au total des personnes interrogées ont dit qu'elles avaient éprouvé ou observé le harcèlement "de toute nature." Le harcèlement va des regards concupiscents au contact non sollicité en passant par diverses pressions pour rendez-vous, dans quelques cas il y a eu tentative d'agression sexuelle ou agression réelle ou cas de viol.

72 % des pasteurs interrogés ont dit qu'ils avaient éprouvé une forme de harcèlement sexuel eux-mêmes. Contre 51.3 % d'étudiants, 50.6 % d'employés d'église et 38.9 % de laïcs. Le nombre d'hommes signalant le harcèlement était en réalité plus élevé que celui de femmes, mais Murphy-Geiss croit que c'est peut être lié au fait que les hommes sont maintenant plus conscients des diverses formes de harcèlement sexuel.

Le type le plus répandu de harcèlement signalé était des commentaires sexuels non sollicités. Environ 51.3 % d'ecclésiastiques participant à l'enquête ont aussi signalé un problème lié à des lettres non sollicitées ou à des courriers électroniques de nature sexuelle. Bien que certains se soient plaints de spams anonymes, ces derniers n'ont pas été inclus dans le rapport, explique Murphy-Geiss, parce que le spam n'a pas été adressé à une personne particulière.

Plus de la moitié des incidents de harcèlement est survenue dans les églises locales : quelque 60 % des auteurs de harcèlement dûment identifiés sont des membres laïques, comparés avec les 35 % de pasteurs.

La plupart préfèrent ignorer le harcèlement, bien que 47.3 % aient dit au harceleur de cesser son comportement. "Parfois vous devez supporter la bagarre," a écrit une personne interrogée.
Bien que quelques personnes interrogées se soient plaintes du coût financier d'une telle enquête pour l'Eglise, - c'est une perte d'argent pour l'Église -, d'autres ont parlé des incidents les ayant conduits à quitter leur église, Conférence ou même la dénomination.

"Un paroissien m'a harcelée pendant trois ans par des injures," a écrit une personne interrogée. "Quand il a commencé à chercher le contact physique avec moi, mon mari a voulu aller à la police pour qu'elle intervienne. J'ai appelé mon surintendant pour le mettre au courant. Mon surintendant m’a dit que si je me rendais à la police, je perdrais mon emploi."
Le problème dépasse le cadre de l'église locale. "Il a fallu 20 ans de plaintes d'étudiants au séminaire avant que ce pasteur ne fasse l'objet d'une enquête et soit relevé de ses fonctions," a dit une personne interrogée.
Murphy-Geiss a suggéré que COSROW anime des groupes et des entrevues à travers le pays sur le sujet du harcèlement sexuel. "Faisons en sorte que les gens parlent un peu plus des expériences qu’ils ont faites," a-t-elle dit.

20 Sep.2005


Source: Service de presse évangélique méthodiste (UMNS)

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"