Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 11.08.2006   Retour à l'aperçu

Connexio: l’actualité du mois (Juillet 2006)

[Credits] Chère lectrice, cher lecteur,


République Démocratique du Congo

La fièvre électorale sévit dans la République Démocratique du Congo.Trente trois candidats se présentent pour occuper le poste de président et environ dix mille briguent une place au Parlement. C'est le 30 juillet qu'auront lieu les premières élections libres depuis 1970, avec une participation de plus de 50 partis et environ 25 millions électeurs inscrits sur les listes. Début juillet je me suis rendu à Lubumbashi et à Kolwezi, deux villes importantes du Sud du Congo, avec Christine et Richard Schneider ainsi que Hans Eschlimann, trois anciens missionnaires au Congo. Nous avons également rendu visite à la station missionnaire à Mulungwishi. Au départ nous avions des craintes pour d'éventuels troubles, mais elles n'ont heureusement pas été justifiées. Une ambiance plutôt joyeuse règnait dans les villes. Les portraits des candidats étaient collés sur les panneaux publicitaires, et de temps à autre on a croisé de petits groupes qui, avec des voitures équipées de haut-parleurs faisaient une pubicité tapageuse pour «leur homme».

On nous a rapporté que certains candidats distribuaient de beaux calendriers et parfois même des billets de dollars. Les meilleures chances sont attribuées au président sortant Joseph Kabila, car depuis son arrivée au pouvoir, la situation s'est améliorée chez beaucoup de personnes. Le nombre croissant de commerces, de voitures et de taxis, ne peut passer inaperçu. Dans les heures de pointe il règne dans le centre de Lubumbashi un véritable chaos dans la circulation, ce qui est égelement interprêté comme un signe de la croissance économique.Cette croissance est par ailleurs attribuée à la présence de sociétés minières étrangères auxquelles le gouvernement de Kabila a cédé des concessions dans des conditions particulièrement avantageuses pour l'exploitation du cuivre et du cobalt. Elles créent des postes de travail ainsi que des routes pour assurer l'exportation de ces minerais avec de gros camions. Elles soutiennent la campagne de Kabila, à l'image des immenses panneaux revêtus avec son effigie et qui sont notamment les plus nombreux. Le nombre de méthodistes au Congo croît d'environ 10% par année. Uniquement dans le Sud du Congo, dans le secteur de l'évêque Katembo par exemple, on compte aujourd'hui un demi million de membres. Quatre Conférences Annuelles se tiennent là-bas et il est question d'en créer une cinquième prochainement.

L'évêque Katembo nous a invité aux journées des Conférences Annuelles de Lubumbashi et de Kolwezi. Lors de son discours de bienvenue, il a fait l'éloge, devant les délégués des Conférences, du partenariat existant depuis quelques dizaines d'années déjà avec l'EEM Suisse-France, et a adressé ses remerciements pour le soutien généreux accordé depuis lors. Il a mis l'accent sur la volonté de son église de vouloir être de moins en moins dépendante de l'étranger à l'avenir. Le thème de la Conférence a d'ailleurs été basé sur le passage d'Actes 3:1-6 «...Regarde-moi, lève-toi et marche».

D'après l'évêque, cet appel adressé au mendiant de la porte du temple est tout aussi valable de nos jours pour les habitants du Congo qui devraient apprendre à prendre eux-mêmes leurs responsabilités en main. Il a encouragé les délégués des Conférences à participer aux élections à venir et à voter en pleine conscience de leur responsabilité. Les Conférences de Lubumbashi et de Kolwezi sont à peu près de même importance. Elles sont composées chacune d' environ 360 délégués de paroisses et de dirigeants d' oeuvres et de commissions. Pour rejoindre les Conférences, le trajet à parcourir est parfois supérieur à 200 km. Beaucoup viennent en vélo, et d'autres, installés sur des camions. Ceux qui veulent venir en train doivent tenir compte de longs délais d'attente, car la plupart des trajets ne sont couverts qu'une fois par semaine.

Les Conférences débutent le dimanche avec un culte qui dure généralement quatre heures et demie. Les commissions et les comités se réunissent ensuite durant toute une journée pour présenter leurs compte-rendus. Ceux-ci seront ensuite repris et commentés durant les deux journées suivantes. La langue des conférences est le swahili. En dehors de la présence partielle aux conférences, notre délégation a également visité d'autres partenaires et projets avec lesquels nous sommes en relation: par exemple le comité responsable pour le partenariat d'églises Liestal-Kolwezi, l'université et le projet agricole à Mulungwishi, ainsi que ceux qui ont participé au chantier pour la nouvelle alimentation en eau de la station missionnaire. La fin de notre voyage a été concrétisée par une table ronde qui regroupait des partenaires du Danemark et des USA autour du thème de la direction d'église. Les principales conclusions découlant de notre voyage ont été d'une part, la décision d'envoyer un nouveau collaborateur ou une collaboratrice à la faculté d'informatique à Mulungwishi, et le soutien d'un projet pour les enfants des rues à Kolwezi, d'autre part.

Algérie

Depuis le départ à la retraite, il y a un an et demi, du pasteur Hugh Johnson, la paroisse d'Alger est desservie par des pasteures et des pasteurs de Suisse et de France dans le cadre de missions de courte durée comme par exemple par Hans Hauzenberger, Joseline Waechter ou Rose-Marie Privet. Depuis un an, soeur Vroni Hofer est également présente à Alger. Etant donné que la commission missionnaire américaine (GBGM) ne peut proposer d'autre personne pour succéder à Hugh Johnson, la Suisse devra prendre l'initiative et prévoir le financement pour une occupation définitive du poste d'Alger. Après de longues recherches, on a finalement trouvé une personne qui se déclare disponible pour ce service: le pasteur Roger Correvon, du Brassus en Suisse.

Précédemment, Roger Correvon était engagé auprès de la mission du Sahel pendant quatre années à Kates au Mali, et auparavant, il a exercé comme pasteur dans la paroisse réformée française de Tunis. A l'origine, le pasteur Correvon était photographe et dessinateur dans le bâtiment.Il a ensuite acquis sa formation de pasteur à l'école biblique d' Emmaüs à St-Légier. Entretemps il a vécu plusieures années en Afrique, où entre autre, il a parcouru la presque totalité du continent sans moyen motorisé, soit à vélo, à cheval, à dos de chameau ou encore en pirogue. Nous sommes très heureux d'avoir trouvé avec le pasteur Correvon une personne avec une grande expérience et qui est prête à travailler à Alger avec un salaire permettant de couvrir ses besoins sur le terrain. De juillet à octobre 2006 Roger Correvon assurera une mission de courte durée à Alger qui sera suivie d'une embauche définitive par Connexio dans la mesure ou les attentes des deux parties seront satisfaites.

Les paroisses EEM s'engagent

Que l'église s'occupe d'aspects sociaux est évident pour beaucoup de chrétiens. Mais par où commencer ? La journée Connexio du 14 juin à Winterthur a montré des possibilités pour un engagement. Selon une récente enquête, chacune des 70 paroisses EEM de la Suisse s'engage pour au moins un des projets concernant le social et la diaconie. Mais attention: il ne suffit pas de bien y penser, il faut aussi bien réaliser ! Le pasteur Hans Lanz a insisté là-dessus dans son exposé en citant toujours à nouveau des exemples pratiques, comme celui d' offrir des repas aux nécessiteux dans les rues de Bâle. Il ne s'agit non plus d'utiliser comme prétexte l'engagement social pour amener les gens à l'église. Lors de son discours sur la situation sociale de Winterthur, La conseillère municipale Maja Ingold a précisé que «le devoir d'aider les gens dans la détresse nous concerne tous,que nous soyons engagés comme volontaires dans l'église ou que nous assumions des responsabilités auprès de l'Etat pour la prestation sociale». Elle a mis en évidence la complémentarité des actions de l'église et de l'état, comme par exemple le Café des Jeunes «Stadtmuur» où sont employées plusieurs jeunes personnes et qui, grâce à un accompagnement, à des conseils et à un soutien, retrouvent de bonnes perspectives pour un travail. Au cours de la journée, d'autres exemples d'engagements sociaux ont été présentés, tels la proposition d'un petit déjeuner à Solothurn, un centre pour jeunes en Bolivie, ou encore le travail parmi les orphelins sidatiques au Zimbawe. Différents ateliers ont offert la possibilité à près de 100 participants de collecter des idées et des suggestions, d'échanger leurs expériences comme par exemple sur l'accompagnement des volontaires, sur la manière d'identifier un projet diaconal pour une paroisse, ou encore, sur l'organisation d'une entrevue avec les autorités locales. La commission Suisse-France soutient des paroisses et des secteurs pour la rélisation de projets dans le domaine social et diaconal, prodigue des conseils et propose une aide financière pour les phases de démarrage.

Chère lectrice,cher lecteur, je vous remercie pour l'intérêt que vous portez au travail de Connexio, pour votre soutien par la prière et vos dons financiers.

Salutations fraternelles et bonne détente lors de vos vacances,

Andreas Stämpfli, secrétaire général Connexio

traduction: Emile Fath

Envoi des dons en France
par chèque libellé à l’ordre de l’EEM – Connexio
adressé à Mme Joseline Waechter
24, rue du 9ème Zouaves
F-68140 Munster
(avec mention «Connexio»)


Source: EEMNI

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"