Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 12.03.2005   Retour à l'aperçu

Chine, Pékin: Le règlement relatif aux affaires religieuses est entré en vigueur le 1er mars 2005

[Credits] >>Progrès ou poudre aux yeux? Les avis divergent

>>Le règlement relatif aux affaires religieuses est entré en vigueur le 1er mars 2005. Progrès, estiment certains observateurs, texte qui n'apporte rien ou peu d'éléments nouveaux, pensent d'autres personnes. Le point.


Depuis que le texte du décret 426 du Conseil des affaires d’Etat a été rendu public le 18 décembre 2004, différents observateurs des affaires religieuses en Chine ont donné leur opinion sur la portée et la signification de ce nouveau document. Intitulé: "Dispositions relatives aux affaires religieuses", le décret a été signé par le Premier ministre et vient remplacer un texte réglementaire datant de 1994, rappelle Eglises d'Asie.

Pour certains observateurs, le décret, entré en vigueur le 1er mars, représente un progrès dans la mesure où il fixe des limites à l’arbitraire des fonctionnaires du gouvernement chargés d’appliquer la politique religieuse du régime. Pour d’autres, en revanche, le décret ne fait que reprendre en les précisant des dispositions déjà en place et n’apporte que peu d’éléments nouveaux.

Selon Anthony Lam Sui-ki, chercheur au Centre d’études du Saint-Esprit, du diocèse catholique de Hongkong, les anciens règlements ne comportaient aucune disposition limitant le pouvoir des fonctionnaires des Affaires religieuses, l’administration qui applique la politique religieuse fixée par le gouvernement. Au chapitre 6 du décret, les articles 38 et 39 comportent des éléments nouveaux sur la garantie de la liberté religieuse. Les fonctionnaires abusant de leur responsabilité doivent être pénalisés, indique le décret.

Selon le chercheur hongkongais, c’est là une nouveauté qui représente un certain progrès, théorique certes, dans la mesure où sa portée réelle dépend de l’application concrète qui en sera faite, mais néanmoins notable.

>>Absence de définition

La limitation de l’arbitraire du pouvoir reste donc d’une portée limitée. Néanmoins, le nouveau texte est plus détaillé que le règlement qu’il remplace. Il pourra par conséquent être utilisé de façon plus efficace par les acteurs de la vie religieuse pour défendre "les activités religieuses normales", qui sont, stipule l’article 3 du décret, protégées par l’Etat.

Le P. Jean Charbonnier, des issions Etrangères de Paris, souligne quant à lui qu’une des faiblesses intrinsèques du nouveau décret tient en l’absence de définition précise de ces "activités religieuses normales". Négativement, il s’agit d’activités qui ne troublent pas l’ordre public. Positivement, il s’agit des activités autorisées. Quant au contenu de ces activités, continue le P. Charbonnier, le décret ne le décrit pas, mais on peut se référer aux distinctions établies par ailleurs entre "religion" et "superstition". Les religions, reconnues par l’Etat (bouddhisme, taoïsme, islam, catholicisme, protestantisme), ont des Ecritures, une morale, un rituel, une discipline canonique. Les superstitions sont aveugles et magiques ; elles nuisent à la santé physique et morale et sont potentiellement subversives. En ce sens, les "sectes" ou "cultes pervers" (xiejiao) sont des superstitions organisées ou des hérésies (yiduan).

>>Ni resserrement ni relâchement

Interrogé par l’agence Ucanews, Kwun Ping-hung, observateur de longue date des questions religieuses en Chine, estime lui que le nouveau décret n’apporte rien de nouveau. En terme de contrôle des religions et des activités religieuses, on ne constate ni "resserrement, ni relâchement", déclare-t-il.

La société chinoise a considérablement évolué ces dernières années, souligne-t-il, et Pékin, par ces nouvelles dispositions, entend "rappeler à ceux qui ne sont pas dans le système" que le gouvernement chinois garde un œil attentif sur la scène religieuse. Toujours selon Ucanews, un autre observateur, désireux de conserver l’anonymat, considère que le décret n’apporte rien de neuf et souligne que le président Hu Jintao, représentant de la quatrième génération des dirigeants chinois, n’a pas, à ce jour, fait montre d’une attitude positive à l’égard de la question religieuse.

Selon l’organisation de défense des droits de l’homme "Human Rights in China", il est intéressant de noter que le décret ne fait pas mention des cinq religions officiellement reconnues par le régime (bouddhisme, taoïsme, islam, catholicisme et protestantisme). L’article 11 du décret a trait à l’organisation des pèlerinages à l’étranger des musulmans et l’article 27 à la nomination des évêques catholiques. Mais, au-delà de ces deux références particulières, le décret ne fait pas spécifiquement mention des cinq religions reconnues. Selon Nicolas Becquelin, de "Human Rights in China", ce point peut laisser penser que la porte n’est pas fermée à la reconnaissance officielle de confessions telles que l’Eglise orthodoxe ou l’Eglise méthodiste.

03.03.2005


Source: Apic

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"