Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 21.05.2005   Retour à l'aperçu

Grèce, Athènes: les Pentecôtistes participent à la Conférence Mondiale élargie sur la Mission

[Credits] Par Theodore Gill (*)

Le dialogue entre les pentecôtistes et les autres confessions actives dans le mouvement oecuménique n'en est toujours qu'à ses balbutiements alors que la diversité croît parmi les participants.

"Je pense qu'il y a un moment où mon Eglise rejoindra le Conseil Oecuménique des Eglises (COE)"
, déclare M. Yong-Gi Hong un universitaire pentecôtiste et responsable de la mission de l'Eglise Yoido du plein Evangile de la République de Corée. "Il y a déjà des Eglises pentecôtistes qui sont membres et mon Eglise est membre à part entière du conseil national [des Eglises] en Corée".

La question des différents degrés de participation dans le mouvement oecuménique est apparue comme l'un des sujets lors des discussions et des conférences de presse lors de la 13e Conférence Mondiale sur la Mission et l'Evangélisation (CME). Sur les quelques 650 délégués à cette conférence envoyés par leurs Eglises ou leurs agences missionnaires, quarante étaient catholiques romains et quinze pentecôtistes. Quelques intervenants et observateurs venaient également de ces mouvements pentecôtistes et des communions d'Eglises évangéliques ou d'alliances missionnaires qui ne sont pas membres officiels du COE.

L'Eglise catholique romaine et plusieurs organismes pentecôtistes et évangéliques participent à la commission internationale Foi et Constitution coordonnée par le COE, et collaborent dans un certain nombre de projets particuliers et de comités oecuméniques. Cependant, la perspective de l'adhésion au COE soulève des questions qui n'ont pas encore été inscrites au calendrier de toutes les parties.

"La compréhension catholique de la doctrine de l'Eglise, de l'ecclésiologie, rend difficile une compatibilité mutuelle " selon l'évèque Brian Farrell du Conseil Pontifical pour la Promotion de l'Unité des Chrétiens, présidant la délégation catholique à la conférence sur la mission d'Athènes.

Le révérend Opoku Odinyah, recteur de l'Université pentecôtiste d'Accra au Ghana et intervenant lors de la conférence, ajoute qu'il "faudra qu'il y ait du changement" avant que son Eglise pentecôtiste ne considère sérieusement son adhésion pleine au COE. Même certaines Eglises orthodoxes, membres de longue date du COE, ont posé des questions fondamentales sur l'ecclésiologie dans le cadre du récent travail de la Commission spéciale sur la participation des orthodoxes au COE.

Hong décrit les principales résistances de la part des pentecôtistes comme une aversion à "l'hyper-institutionnalisme", et poursuit : "dans notre tradition, les charismes - dons de l'Esprit saint - doivent être trouvés au niveau local. Si nous devions travailler dans des organisations oecuméniques au-delà de la communauté locale, il nous faudrait trouver la manière d'équilibrer l'Esprit et le système".

Le professeur Michael Kinnamon, théologien protestant au séminaire théologique de l'Eden aux Etats-Unis, considère quant à lui que cette conférence s'est distinguée, par rapport aux conférences précédentes, principalement par une participation "élargie". En conséquence de quoi les résultats des précédentes rencontres sont aujourd'hui révisés et remises en cause. "Je pense que nous devrions considérer l'expansion de l'Eglise comme étant un phénomène positif" dit-il. "En même temps, il nous faut reconnaître que cela complique les choses. Nous avons à réviser certains sujets. D'autres affaires d'importance, principalement sur le dialogue interreligieux, brillent par leur absence des débats. Cette conférence n'est pas allée très loin sur cette question. Cela prendra du temps à nos relations pour mûrir".

>Mettre de côté les blessures


Les discussions pendant la discussion et les conférences de presse liées au pentecôtisme ont démontré l'écart entre les visions du monde entre pentecôtistes et membres des autres Eglises. Les suspicions rôdent. Les orateurs doivent défendre les Eglises et les missions pentecôtistes contre les accusations d'agression, de prosélytisme, d'irrationalisme, de charlatanisme et d'être une "menace à la réconciliation du monde".

La théologienne Kirsteen Kim, spécialiste de la mission, qui enseigne à l'Université de Birmingham en Grande-Bretagne et qui se décrit elle-même comme "une évangélique qui a été touchée par le mouvement charismatique", ajoute "la plupart des Eglises qui ont progressé ont été accusées d'agression à un moment donné. Mais le pentecôtisme possède une grande force qui l'aide à ne pas être une menace pour les autres. Une large part du mouvement évangélique est spontanée, ne fait pas partie d'un plan, n'est pas pensée en termes de stratégie humaine. C'est le fruit de l'Esprit saint".

Pour sa part, Odinyah dit "Il y a des charlatans dans tout groupe. Mais en fait, les pentecôtistes encouragent les gens à être très pragmatiques et ancrés dans la réalité. Malheureusement, certains vont aux extrêmes". Les conversations à la conférence ont commencé à explorer les points communs entre les différentes traditions chrétiennes, anciennes et nouvelles, pour le meilleur et pour le pire. Odinyah dit des participants à cette conférence qu'ils ont su mettre de côté les blessures et appris "à avoir du respect les uns pour les autres".

Quel pourra être l'apport des communautés pentecôtistes au mouvement oecuménique du 21e siècle? Pour Kirsteen Kim, c'est avant tout le sentiment profond et renouvelé d'une "puissance qui nous soutient". Hong appuie dans ce sens : "les chrétiens doivent apprendre à s'appuyer plus fortement sur la sagesse et la puissance de l'Esprit saint". Et Odinyah poursuit dans la même veine : "le pentecôtisme redonne son esprit au Christianisme, à travers notre manière de célébrer le culte, notre musique et nos prières. L'émotion est très importante pour les humains mais de nombreux peuples l'ont séparée de la manière d'être chrétien."

La conférence mondiale sur la mission d'Athènes est donc un premier chapitre dans l'histoire d'une participation élargie au mouvement oecuménique. Le prochain chapitre sera écrit lors de la tenue de la 9e Assemblée du COE à Porto Alegre - Brésil - en février 2006. L'histoire de la mission chrétienne est une oeuvre en marche.

(*) Theodore Gill est responsable d'édition aux publications du COE à Genève et pasteur ordonné de l'Eglise Presbytérienne (U.S.A.).

14/05/05


Source: Conseil oecuménique des Eglises (COE)

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"