Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 14.05.2005   Retour à l'aperçu

CPDH Actualités

[Credits] >Sida

>>FRANCE - DIFFICILE ESTIMATION DU NOMBRE DE SEROPOSITIFS


Alors que depuis le début de l'épidémie de Sida, la difficile évaluation du nombre de séropositifs est une constante et qu'en France, la notification de la séropositivité n'est devenue obligatoire qu'en 2003, les chercheurs de l'Inserm, l'Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS) et l'Institut de veille sanitaire (InVS) se sont attelés à un exercice difficile en publiant (le 16 mars 2005) dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire une estimation du nombre de séropositifs vivant en France à la fin des années quatre-vingt dix. Selon eux, l'hexagone comptait alors environ 105 800 personnes infectées par le VIH, avec une marge de plus ou moins 30 000. Cette difficile évaluation du nombre de séropositifs empêche de dresser un bilan exact de l'évolution de l'épidémie. Les chercheurs estiment cependant que la fréquence de l'infection a diminué entre 1992 et 1997, tandis que la meilleure espérance de vie des malades avec l'arrivée des trithérapies a sans doute contribué à son augmentation. Ces chiffres concernent la fin des années 90, mais l'extrapolation de ces résultats permet aux experts de l'Inserm, de l'InVS et de l'ANRS d'avancer le chiffre de 97 000 pour aujourd'hui. Parmi les séropositifs vivant en France, on estime enfin que 32 % sont homosexuels ou bisexuels, 26 % toxicomanes, 40 % hétérosexuels et 2 % hémophiles ou transfusés. Selon certains scientifiques et médecins, un dépistage généralisé ponctuel (mais non obligatoire) du VIH tel que le proposent certains médecins américains permettrait d'avoir une meilleure connaissance de l'épidémie. JIM - 03/05

>Accueil de la vie


>>MONDE - " TEL EST PRIS QUI CROYAIT PRENDRE "


Du 28 février au 11 mars 2005, s'est tenue au siège de l'ONU, à New York, une réunion d'examen et de suivi des engagements pris dans le " Programme d'action de Pékin " adopté en 1995 par la quatrième Conférence mondiale sur les femmes. Dans son article 94, le programme de Pékin proposait : " la santé en matière de reproduction est un état de bien-être total...Cela suppose le droit de mener une vie sexuelle satisfaisante en toute sécurité, et la liberté et la possibilité de décider si et quand on veut avoir des enfants. Cela implique qu'hommes et femmes ont le droit d'être informés sur les méthodes sûres, efficaces, abordables et acceptables de planification familiale et d'utiliser celle qui leur convient ou toute autre méthode de régulation des naissances qui ne soit pas illégale, ainsi que le droit à des services de santé... ". Alors que cet article est suffisamment vague pour inclure l'avortement parmi les méthodes de régulation des naissances, des associations féministes ont pourtant voulu profiter des discussions en cours pour faire reconnaître l'avortement comme un droit et ainsi l'imposer aux pays qui ne l'ont pas légalisé. Mais les Etats-Unis ont rapidement réagi en proposant par amendement que soit mentionné explicitement que le document de Pékin n'a pas créé un droit à l'avortement. En quelques jours, cet amendement a reçu un si grand nombre de signatures de soutien d'associations du monde entier (678 000) que le lobby féministe a préféré éviter le débat. L'amendement ayant perdu sa raison d'être, les Etats-Unis l'ont retiré et se félicitent de cette victoire. Gènéthique 04/05


>>EUROPE - LES CONSEQUENCES DES POLITIQUES DE DÉNATALITE

L'Union Européenne se trouve confrontée à des bouleversements démographiques sans précédent qui risquent d'avoir des répercussions majeures sur la société toute entière. Les chiffres tirés du Livre vert sur les changements démographiques, lancé par la Commission, révèlent que d'ici 2030, il manquera à l'Union 20,8 millions (6,8%) de personnes en âge de travailler. En 2030, en gros deux personnes actives (15 à 65) devront s'occuper d'une personne inactive (65). Et l'Europe comptera 18 millions d'enfants et de jeunes de moins qu'actuellement. QOL - Mars 2005

>>FRANCE - LE TAUX DE MORTALITE INFANTILE EN 2003 QUASIMENT EGAL A CELUI DE 1750

C'est le triste constat qu' Emmanuel Leroy-Ladurie fait dans une tribune libre du Figaro (03 mars 2005). Il pose en effet ce calcul simple, en 2003 : compte tenu du nombre de 764 500 naissances, les 206 000 avortements officiels représentent, par rapport aux 970 500 grossesses (754 000 + 206 000 = 970 500), un taux de 21,2% des enfants conçus. Avant 1750, la France connaissait une mortalité infantile (enfants morts avant l'âge de un an) d'environ 25,2 %. Ce taux de mortalité infantile décroît ensuite à quelque 21% jusqu'en 1790, puis baisse encore à 19,5 % jusqu'en 1820. Il n'est aujourd'hui que de 0,6 % mais avec les 21,2 % d'avortements de 2003, le pourcentage de disparitions d'enfants entre leur conception et l'accomplissement de leur première année est-il revenu, aujourd'hui, à ce qu'il était à la veille de la Révolution. Emmanuel Leroy-Ladurie commente son calcul en expliquant qu'en " somme tout se passe comme si on avait reculé pour mieux sauter, je veux dire reculer de l'aval de la première année du bébé vers l'amont de la première gestation du futur enfantelet. Le pourcentage des disparitions abortives, d'une part, et de la mortalité infantile, d'autre part, se révèle pratiquement identique (...) ". LLV - 04/05

>Médias

>>MONDE - QUAND 300 LETTRES SUFFISENT POUR FAIRE CHANGER LES CHOSES



Dans une déclaration publiée par sa société de production Zentropa, Lars von Trier, le célèbre réalisateur culte danois, a annoncé sa décision de couper de son dernier film Manderlay, une scène où l'on voit un âne se faire massacrer et manger. Le metteur en scène a en effet reçu plus de 300 lettres de particuliers ou d'associations venant des États-Unis, du Royaume-Uni, d'Allemagne et du Danemark, protestant contre la diffusion de cette scène " de boucherie ". Il a déclaré qu'il ne souhaitait pas que cette controverse fasse de l'ombre au contenu du film, expliquant " que le contenu politique et social du film était si important qu'il serait dommage que le film soit ignoré ou même rejeté à cause d'une question d'âne " Cineuropa - 04/03/05

NDLR : Ceci est un encouragement pour nous qui faisons parfois preuve de fatalisme et pensons que réagir ne sert à rien. Quand 300 lettres de protestations réussissent à faire changer les projets d'un grand réalisateur, pourquoi la voix des chrétiens s'élevant pour dénoncer les aberrations ou les injustices de notre société n'aurait -elle pas une répercussion et un impact sur notre monde ? Alors relevons le défi!!!!

>Bioéthique


>>EUROPE - UNE RESOLUTION CONTRE L'EXPLOITATION DES FEMMES


Le Parlement européen a adopté ( le 10 mars 2005), une résolution sur le commerce d'ovules humains. Prise suite à la diffusion de reportages (fin décembre 2004), dévoilant l'existence en Roumanie d'une clinique spécialisée dans le don d'ovules (contre compensation financière) à des ressortissantes de l'Union européenne, cette résolution s'oppose à la commercialisation des ovules et demande l'encadrement des dons. Soulignant le risque médical que comporte le prélèvement d'ovules pour la vie et la santé des femmes suite à une hyperstimulation ovarienne, le Parlement a en outre rappelé qu'il condamnait tout trafic du corps humain et de ses parties indiquant que l'article 12 de la directive 2004/23/CE exhortait les États membres à garantir les dons volontaires et non rémunérés de tissus et cellules. Un rapport public faisant le bilan des législations nationales sur le don d'ovules et le bilan du système d'indemnisation des dons d'organes et des cellules reproductives a été commandité. Le Parlement a également demandé à la Commission européenne " d'appliquer le principe de subsidiarité aux autres recherches sur les embryons et les cellules souches embryonnaires afin que les États membres dans lesquels ce type de recherche est autorisé financent celles-ci au moyen de leurs budgets nationaux ". Pour le Parlement européen, l'Union devrait se concentrer sur des recherches relatives aux cellules souches adultes ou ombilicales autorisées par tous les États membres et qui ont déjà permis le traitement de patients avec succès. Dans sa résolution, le Parlement européen s'est félicité de la décision de la Sixième Commission des Nations unies et de la déclaration de l'Assemblée générale des Nations Unies (voir CPDHactualités n°48/Mars 2005) qui mentionne explicitement la nécessité d'écarter le risque de l'exploitation des femmes. Il a invité la Commission à retirer tout soutien et tout financement au clonage des êtres humains dans le cadre de tout programme de l'Union européenne. Gènéthique -/03/05


>>MONDE/AUSTRALIE - SUCCES DES CELLULES SOUCHES ADULTES

A l'issue de 5 ans de recherches sur les cellules souches adultes extraites de muqueuses olfactives, une équipe de scientifiques australiens a annoncé que des cellules souches adultes extraites des muqueuses du nez auraient un formidable potentiel thérapeutique. Financée par le diocèse catholique de Sydney, cette étude pourrait démontrer qu'il existerait une alternative à l'utilisation de cellules embryonnaires à des fins thérapeutiques. En effet, les cellules souches adultes extraites des muqueuses du nez, prélevées sur les patients eux-mêmes, auraient l'avantage de se renouveler tout au long de la vie et de limiter les risques de rejet. Ces cellules présenteraient donc les mêmes propriétés que les cellules souches embryonnaires et permettraient (sans l'utilisation et la destruction d'embryons) la " reconstruction " de nerfs, du foie, de reins ou de muscles en vue du traitement de blessures de la moelle épinière ou de maladies dégénératives. Gènéthique- 03/05


>Fin de vie

>>ETATS-UNIS - MORT DE TERRI SCHIAVO


Cette femme de 41 ans, dans un état végétatif depuis 1990 suite à un accident cardio-cérébral, vient de décéder (le 31 mars 2005). Le 18 mars 2005, sa sonde d'alimentation avait été débranchée à la demande de son mari qui avait fait valoir devant la justice qu'elle n'aurait pas voulu d'une telle vie. Désigné comme son tuteur, le mari de Terri Schiavo a " refait sa vie " au côté d'une autre femme. Depuis des années, les parents de Terri Schiavo s'opposaient à son époux assurant que leur fille " répondait " et attendaient une rémission. A deux reprises en 2001 et 2003, les tubes d'alimentation de Terri avaient été débranchés. Les parents et le mari s'étaient alors livrés une vraie bataille judicaire qui a repris le 18 mars 2005 et atteint son apogée ces derniers jours. L'affaire privée est devenue une affaire d'Etat avec le vote par le Congrès américain d'une loi spéciale pour que le cas de Terri soit reconsidéré par la Cour Suprême et l'intervention de George Bush " en faveur de la vie ". Les juges ont de nouveau refusé que Terri soit de nouveau alimentée. A l'annonce de sa mort, le président George Bush a déclaré : " J'encourage tous ceux qui honorent Terri Schiavo de continuer à bâtir une culture de la vie. L'essence de la civilisation est que le fort a le devoir de protéger le faible. Lorsqu'il y a un doute sérieux, la présomption devrait aller en faveur de la vie ". Gènéthique /Zénit - 05/04/05

NDLR : Précisons que dans le cas de Terri, il ne s'agit pas d'un arrêt de soins disproportionnés mais plutôt d'une interruption d'actes (l'alimentation et l'hydratation) qui ne sont pas excessifs mais indispensables à toute personne vivante quel que soit son état de santé, et donc d'une euthanasie. Signalons aussi que malgré le manque d'objectivité de la demande du mari de la " victime " (puisqu'il a " refait sa vie), les médias français lui ont pourtant exclusivement donné la parole et ont passé sous silence la compassion et l'espérance des parents de Terri. Cette histoire nous invite aussi à être vigilant quant à l'équilibre de la proposition de loi sur la fin de vie, qui sera discutée au Sénat français le 12 avril 2005 avant de revenir à l'Assemblée nationale. Sachant que dans l'exposé des motifs de la proposition de loi, l'alimentation est clairement considérée comme un traitement et non comme un soin, on peut se demander si on ne risque pas d'introduire par ce biais une forme d'euthanasie, en arrêtant l'alimentation de certains patients ?


Source: CPDH Comité Protestant Evangélique pour la Dignité Humaine

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"