Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 18.01.2005   Retour à l'aperçu

==>TSUNAMI, ASIE DU SUD EST : UN TÉMOIGNAGE — ' DIEU… AVAIT SA MAIN SUR NOUS' DANS LE DÉSASTRE, DÉCLARAIT LA FILLE D’UN PASTEUR <==

[Credits] par Jan Snider

Le téléphone a téléphoné à 4 h 30. Dimanche, le 26 décembre et, quand le pasteur Andy Pearson a décroché le téléphone, il a entendu la voix de sa fille à l’autre bout de la ligne.

"Papa, nous allons bien."

Susan Sweat et son mari, Maj. Scott Sweat, passaient leurs vacances dans l’île Thaïe de Phi Phi quand survint le tsunami ce jour-là.

Dans l’arrière-pays de Macon, Miss, Pearson n’a pas su qu’un tremblement de terre sous-marin puissant en Asie du Sud-Est avait suscité un raz-de-marée dévastant de larges portions de territoires le long du littoral de l’océan Indien. On commençait à en parler aux États-Unis.

"Nous avons reçu deux bénédictions," a dit le pasteur de la Première Église Méthodiste de Macon. "La première, c’était qu’ils soient en sécurité ; la deuxième, c’était qu’elle ait été en mesure de nous appeler et de nous faire savoir leur situation."

Les Sweat se sont mariés il y a deux ans et vivaient à Washington. Elle est l’assistante juridique d’un membre du Congrès du Mississipi et lui fait partie de la Garde nationale Aérienne. Le couple a voulu se rendre à Phi Phi pour des vacances exotiques. Le voyage a pris de ce fait une tout autre dimension.

Dans un courrier électronique adressé à la famille et à des amis, Susan a expliqué que le tsunami avait frappé le lendemain même de leur arrivée sur place. "Beaucoup de personnes sont mortes... . Cependant, notre station était (Dieu soit loué) le lieu le plus sûr dans l’île quand nous avons dû faire face au déferlement des vagues et nous élever sur les hauteurs. Les deux endroits où nous devions rester les deux nuits suivantes ont été totalement détruits. Dieu avait certainement sa main sur nous et nous sommes reconnaissants d’être sains et saufs."

Pearson a dit qu’après avoir reçu des nouvelles de sa fille, il a réécrit son sermon. Il l’a intitulé, "la Vie change d’un instant à l’autre." Il a prêché sur les changements spirituels survenus la nuit où Jésus est né, mais glissé aussi les expériences de sa fille et son gendre dans le message.

Le jour suivant, les Sweat ont été évacués au sommet de l’île avec le reste des touristes de la station. "Tous les touristes et les gens du pays étaient là réunis à même le sol sur des bâches," a écrit Susan. "Nous avons été réveillés à 2 h 00 par un hélicoptère atterrissant sur les terrains de tennis pour évacuer d’autres blessés.

"Les gens du pays sont très nerveux et certains d’entre eux circulaient sans arrêts avec leur gilet de sauvetage. Ce n’est jamais arrivé ici auparavant, ils sont donc tout naturellement bouleversés,"
a-t-elle ajouté.

Dans le dernier courrier électronique que Pearson a reçu, Susan a dit que beaucoup de gens du pays avaient évacué l’île dans des barques de pêche et qu’elle et Scott attendaient un vol pour Bangkok pour attraper leur vol régulier de retour pour les États-Unis.

En attendant le retour du couple Sweat, les Pearson sont réconfortés par les paroles de leur fille.

"Tous les touristes se sentent ici chanceux d’être vivants et indemnes," a écrit Susan. "Dieu a manifestement veillé sur cette petite station."

*Snider est un journaliste freelance pour l’Agence de presse de l’Église Évangélique Méthodiste à Nashville, Tenn.

Le 31 décembre 2004


Source: Service de presse évangélique méthodiste (UMNS)

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"