Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 10.09.2004   Retour à l'aperçu

Kenya, Nairobi: des leaders religieux se focalisent sur le SIDA

[Credits] Une rencontre de plus de 187 leaders religieux, venus des quatre coins d'Afrique, a mis l'accent sur le rôle du clergé féminin dans la lutte contre la pandémie du SIDA qui ravage le continent.

La réunion de quatre jours, qui a pris fin vendredi (11 juin), s'est tenue dans la capitale kényane, Nairobi. Elle a été organisée par la Conférence des églises de toute l'Afrique (CETA) pour explorer les voies et moyens d'intensifier les efforts destinés à réduire la propagation du VIH.

Selon le Programme conjoint des Nations Unies sur le VIH/SIDA, environ 26,6 millions de personnes en Afrique subsaharienne ont contracté le virus - faisant de cette région la plus affectée au monde. La majorité de ces gens, 15 millions, sont des femmes.

"Il est impératif qu'un cadre de politique générale d'une large initiative oecuménique concertée soit mis en place pour le continent afin de consolider les ressources et d'accompagner les communautés locales dans leurs luttes pour redonner un nouvel espoir aux pauvres et aux personnes souffrantes, dont la plupart sont des femmes", a déclaré Mvume Dandala, secrétaire général de la CETA, au cours de la réunion.

Plusieurs femmes délégués ont toutefois averti qu'elles seraient confrontées à d'énormes défis pour jouer un rôle plus actif dans la lutte contre le SIDA.

"La plupart des églises sont dirigées par des hommes. C'est le problème auquel le christianisme est confronté, notamment en Afrique", a remarqué Mercy Amba Oduyoye, professeur de théologie à l'Université du Ghana, et ancienne secrétaire générale adjointe du Conseil mondial des églises..

"Si un quelconque changement doit être fait pour permettre aux femmes pasteurs de s'attaquer au VIH/SIDA et aux conséquences qu'il a sur les femmes, alors l'Eglise doit commencer par inclure l'ordination des femmes", a-t-elle dit à IPS.

Des délégués ont constaté qu'il y avait un certain nombre de facteurs qui rendaient les femmes particulièrement prédisposées au VIH/SIDA, y compris leur vulnérabilité durant les guerres civiles et les conflits.

"Les guerres civiles sont souvent accompagnées de violence sexuelle", a déclaré le président de la CETA Nyansako-Ni-Nku, ajoutant qu'une visite qu'il a entreprise au Rwanda le mois dernier lui avait fait prendre conscience davantage de ce fait.

"Nous étions exposés au spectre du VIH/SIDA, la plupart des victimes étant des femmes sans défense et leurs filles violées pendant le génocide de 1994", a-t-il indiqué à la conférence.

Alfred Ndoricimpa, un évêque de l'Eglise Evangélique Méthodiste du Burundi est de cet avis.

"La guerre civile et le conflit déplacent des populations, et pendant le déplacement, elles sont infectées par le VIH/SIDA. C'est une double tragédie, et nous, en tant qu'église, devons parler avec nos communautés parce que le conflit commence dans la communauté", a-t-il affirmé, ajoutant que les gouvernements alimentaient des conflits en investissant énormément dans les armes "au lieu d'affecter les fonds aux secteurs de la santé, en particulier dans la lutte contre le VIH/SIDA".

Selon Peace Forum (Forum de la paix), une organisation non gouvernementale basée à Nairobi, l'Afrique a dépensé une fortune sur des armes au cours des récentes années. Le groupe indique qu'entre 1990 et 1999, plus de 10 milliards de dollars ont été dépensés par des pays africains pour l'achat des armes.

La rencontre de Nairobi a également décidé de promouvoir toutes les stratégies de lutte contre le SIDA - y compris l'utilisation des préservatifs. Auparavant, certains responsables religieux ont exprimé des craintes selon lesquelles conseiller l'utilisation du préservatif ne fera simplement qu'encourager la promiscuité.

Mais, "Les préservatifs ont leur utilité. Nous, en tant qu'églises, devons demander aux gens d'assumer leurs responsabilités morales: la fidélité au sein du couple et l'abstinence hors du couple. Ceci dit, à cause de l'ampleur de la maladie, l'utilisation du préservatif a sa place", a indiqué Dandala à IPS. En plus, l'initiative de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) de fournir des anti-rétroviraux (ARV) à trois millions de personnes d'ici à la fin de 2005, a été approuvée.

"Nous devons soutenir cela jusqu'au bout. Nous devons nous assurer que les médicaments parviendront à tous nos centres de santé, sans dépendre des fonds de (l'extérieur). Nous ne pouvons plus rester à ne rien faire alors que nos fidèles continuent de succomber à la maladie", a déclaré Dandala. Plus de 40 pour cent des installations médicales en Afrique sont gérées par l'église. L'initiative de l'OMS a été annoncée l'année dernière. A l'heure actuelle, moins de 50.000 personnes en Afrique subsaharienne ont accès aux ARV - les médicaments qui empêchent ceux qui sont infectés du VIH de mourir d'infections liées au SIDA.

14 Juin 2004


Source: Allafrica

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"