Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 05.06.2003   Retour à l'aperçu

France, Evian: message fort des Eglises suisses et françaises aux chefs d'Etat du G8 à aider les pays les plus pauvres

[Credits] Des pasteurs suisses et français exhortent le G8 à aider les pays les plus pauvres.

Des pasteurs suisses et français ont exhorté le Groupe des huit nations les plus industrialisées (G8) réuni à Evian, en France, à s'engager à aider les pays les plus pauvres et à protéger l'environnement. Le message qu'ils ont adressé aux présidents et premiers ministres du G8 en réunion à Evian a a une résonnance sur le sujet du développement durable.

Les responsables des Eglises protestantes, orthodoxes et catholique des rives suisses et françaises du lac Léman (les Eglises locales, le Conseil des Eglises chrétiennes du canton de Vaud en Suisse et Eglise réformée du Chablais en France), y compris d'Evian, ont appelé le G8 à s'engager pour "une réelle remise des dettes des pays les plus accablés" et à augmenter "les budgets publics d'aide au développement".

Ce texte oecuménique cherche à communiquer aux chefs d'Etat réunis à Evian ce qui est au coeur des préoccupations et des prières de nombreux chrétiens du monde. Ce message des Eglises locales a reçu le soutien déterminé du pasteur Konrad Raiser, secrétaire général du Conseil Oecuménique des Eglises, du Métropolite Jérémie, président de la Conférence des Eglises européennes, et de Mgr Pierre Bürcher, évêque à Lausanne.


Pour exprimer leur soutien, ces trois personnalités ont à leur tour rédigé de courts messages qui accompagnent le texte.

(Personne de contact: Pasteur Shafique Keshavjee, président du Comité du Conseil des Eglises chrétiennes du canton de Vaud, skeshavjee@urbanet.ch)

Le message
Sous l’heureuse impulsion de M. le président Jacques Chirac, vous allez orienter votre réflexion autour des quatre beaux principes que sont la responsabilité, la solidarité, la sécurité et la démocratie.

Conscients qu’une partie importante de l’humanité souffre de fléaux tout à fait évitables (malnutrition, non accès à de l’eau potable, santé précaire, conditions de vie déplorables…) et stimulés par notre foi dans l’amour du Christ pour chaque être humain, nous vous encourageons vivement à féconder vos engagements par ces principes.

Nous vous demandons, au nom de la responsabilité économique, de vous engager courageusement à rendre l’OMC plus transparente et ouverte aux besoins des plus pauvres, afin que se mette en place un commerce mondial équitable qui rétribue correctement les petits et moyens producteurs du monde, protège leurs ressources et leur assure une vie digne et décente.

Au nom de la responsabilité écologique, nous vous demandons de vous engager courageusement à protéger l’environnement, à le rendre réellement moins pollué et plus sûr (sans la terrible menace des déchets nucléaires radioactifs), à respecter scrupuleusement les conventions internationales et à en favoriser de nouvelles (sur l’eau, sur la responsabilité des entreprises…), afin que soit assuré aux générations futures un cadre de vie si possible plus sain que le nôtre.

Nous vous demandons, au nom de la solidarité financière, de vous engager courageusement pour une réelle remise des dettes des pays les plus accablés et pour une mise en place efficace de programmes de «désendettement créatif» (réinvestissement d’une partie du service de la dette au profit des couches sociales les plus démunies).

Au nom de la solidarité humaine, nous vous demandons de vous engager courageusement pour que les budgets publics d’aide au développement augmentent substantiellement (qu’ils atteignent enfin les 0,7% du PNB, toujours promis) afin que l’ONU et les ONG reconnues pour la qualité de leur travail aient les moyens nécessaires pour soutenir et soulager les populations souffrantes du monde.

Nous vous demandons, au nom de la sécurité, de vous engager courageusement à faire cesser toute exportation d’armes vers des pays non démocratiques et potentiellement belliqueux.

Nous vous demandons, au nom de la démocratie, de vous engager courageusement à réformer en profondeur les institutions internationales (notamment le FMI, la Banque mondiale, l’OMC et le Conseil de sécurité de l’ONU) afin qu’elles prennent réellement en considération les besoins des populations les plus pauvres et qu’elles défendent moins les intérêts des pays et entreprises les plus riches.

Alors que chez des responsables économiques, politiques ou religieux, les discours sur le «développement durable» ou de «défense du Bien commun contre le Mal» se généralisent, et tendent à devenir de la rhétorique simple et dangereuse, nous demandons à Dieu, pour vous, comme pour nous tous, de la modestie dans les déclarations et de la grandeur dans les actions, de l’humilité dans les comportements et de la générosité dans les engagements.

Nos vies sur cette terre sont importantes et éphémères. Alors que nous aurons chacun, un jour, à rendre compte devant le Dieu Vivant et la mémoire des humains, de nos actes publics et de nos actions cachées, de nos paroles et de nos silences, nous vous remercions chaleureusement pour toute contribution de votre part à la construction d’un monde réellement plus responsable et plus solidaire, plus sûr et plus démocratique.

Pour le Conseil des Eglises chrétiennes du canton de Vaud
Pour l’Eglise réformée du Chablais
Pasteur Shafique Keshavjee
Pasteur Didier Daval
(Eglise réformée du canton de Vaud)
Chanoine Gérard Payot
(Eglise catholique romaine)
Madame Hilary Waardenburg
(Eglise orthodoxe)
Pasteur Roland Ostertag
(Fédération évangélique vaudoise)

Message de soutien de Konrad Raiser

Le sommet des présidents et premiers ministres du G8 ayant lieu dans la région lémanique de la France et de la Suisse, les responsables des Eglises chrétiennes locales du canton de Vaud et du Chablais adressent un message à ses participants. Je donne le soutien sans réserve du Conseil Oecuménique des Eglises à ce message.

Sachant que la voix de ceux qui sont les perdants dans l’actuel système global se fera entendre au milieu du sommet par des représentants très importants, nous espérons que le sommet prendra conscience de la nécessité urgente de construire ensemble “un monde réellement plus responsable et plus solidaire, plus sûr et plus démocratique.” Le Conseil Oecuménique avec ses Eglises membres reste pleinement engagé à poursuivre cet objectif qui représente un impératif aussi bien politique que spirituel.

P. Dr. Konrad Raiser
Secrétaire général du Conseil Oecuménique des Eglises
Genève, le 21 mai 2003

* * *

Soutien du Conseil des Eglises Européennes (KEK)

La Conférence des Eglises européennes (la KEK) remercie et félicite le Conseil des Eglises locales pour la teneur du message adressé aux responsables du G8. Elle fait siens les principes énoncés (de responsabilité,de solidarité, de sécurité et de démocratie); elle désire signifier que la Conférence de 125 Eglises européennes étend son action et son témoignage dans tous les domaines pour contribuer à assurer un meilleur avenir de l’humanité, dans la paix, la justice et le partage fraternel.

Elle souhaite et prie pour que ce message soit entendu par les présidents et premiers ministres du G8 qui se réunissent dans notre région.

+ Le Métropolite Jérémie
Président de la Conférence des Eglises européennes

Genève, le 26 mai 2003

* * *

Soutien de l'évêque catholique

A l'occasion du G8, retentit l'appel des responsables des Eglises de la région lémanique. Affirmer, en tant que chrétiens et citoyens, que l'être humain est au centre de la création, n'est-ce pas une nécessité? De par leur foi, les chrétiens ne peuvent cautionner un libéralisme sans freins, pour lequel la personne humaine a moins de valeur que la marchandise, et le destin des peuples moins d'importance que les profits. Les évêques catholiques romains de la région lémanique lancent un appel urgent à porter ensemble l'espérance des peuples et de chaque personne. Le message du Conseil des Eglises chrétiennes du canton de Vaud et du Chablais souligne à juste titre la responsabilité de tous en vue de trouver des solutions concrètes aux problèmes les plus urgents de notre monde.

Je me réjouis de cette symphonie d'appels. Les Eglises chrétiennes ont toujours prié pour les responsables du pouvoir politique. Non par servilité, mais par conviction de foi pour les objectifs à atteindre: la réalisation du bien commun dans l'équité et la paix. Entendre ces voix de l'Eglise qui, depuis la première Pentecôte à Jérusalem, est la plus ancienne institution "globale", c'est en effet nous engager, dans une véritable solidarité entre nations et entre cultures, à prier le Dieu vivant pour que ces démarches rejoignent aujourd'hui le cri du Christ dans celui des pauvres et des souffrants de la planète.

Mgr Pierre Bürcher
Evêque aux. de Lausanne, Genève et Fribourg
Lausanne, le 24 mai 2004


Source: EEMNI/ENI/zt

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"