Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 14.07.2003   Retour à l'aperçu

Etats Unis, WASHINGTON: un évêque presse le gouvernement américain d'intervenir au Libéria pour y rétablir la paix

[Credits] par Melissa Lauber*

Les Etats-Unis et l'Église Evangélique Méthodiste (EEM) doivent prendre immédiatement une initiative pour apporter la paix au Libéria, déclare l'Évêque Felton Edwin May, qui vient d'intervenir auprès de la Maison Blanche sur les questions humanitaires et économiques en Afrique.

"C'est la paix dans l'âme que je félicite le Président George W. Bush pour son voyage récent en Afrique et le presse d'autoriser une participation américaine dans l'effort international de pacification au Libéria," a dit May, responsable du Secteur de Washington de la dénomination, dans une déclaration rendue publique le 10 juillet.

L'évêque a aussi invité l'Église Evangélique Méthodiste (EEM) "à augmenter son financement et son appui aux projets en Afrique, à soutenir la mission et les ministères en cours, à créer de nouvelles opportunités et à faire de nouveaux disciples pour Jésus Christ."

Les conditions au Libéria sont "déchirantes", a dit le pasteur Victor Sawyer, président du Comité pour l'Afrique de la Conférence Annuelle (régionale) de Washington / Baltimore. Il est souvent en communication avec des personnes en Afrique occidentale, où il est né.

"La situation est critique," a dit Sawyer. Presque un tiers de la population du pays est sans foyer. Les gens n'ont pas l'électricité, peu d'eau courante et leurs provisions en médicament et en nourriture ne cessent de diminuer, a-t-il dit. "Beaucoup des gens meurent, mais ce n'est pas à cause de coups de feu, mais à cause de la faim."

Le Libéria a subi une succession de guerres civiles au cours des deux dernières décennies. Les rebelles essayent maintenant de renverser le gouvernement du Président Charles Taylor, ancien chef militaire lui-même accusé de crimes de guerre par une cour internationale. "Les rebelles qui se sont battus pour renverser Taylor ont leurs mains profondément souillées de sang, font de même que Charles Taylor," a dit Swayer.

"Vous ne pouvez pas vous imaginer dans quel état de dévastation Monrovia (capitale du Libéria) est plongée," a dit le pasteur Laurence Bropleh, pasteur membre de la Conférence Washington & Baltimore et originaire du Libéria, qui a travaillé comme secrétaire exécutif régional pour l'Afrique sub-Saharienne pour le compte du Conseil Mondial de la Mission (GBGM).

L'ordre public est détruit, ajoute Bropleh, en contact chaque jour avec les habitants du Libéria. Il a confirmé les rapports faisant état de viols, de harcèlement des civils par des hommes armés et de séparation d'enfants dans le camp des personnes déplacées. "La brutalité et la souffrance règnent," a-t-il dit.

Bien que Taylor ait suggéré son désir de se retirer, les observateurs sont sceptiques. "Au cours de la guerre des années 90, 13 traités de paix ont été signés. Taylor a manqué à sa parole à chaque fois," a dit Bropleh.

"Personne n'agit en faveur de la paix au Libéria," a dit le Swayer. "Il est essentiel qu'un tiers intervienne, dont l'intérêt unique soit la paix, et ce tiers doit disposer des pouvoirs militaires pour assurer la paix. Et les Etats-Unis seront ce tiers."

Les pasteurs ont applaudi à l'appel de May en faveur de une intervention militaire.

"Aujourd'hui le carnage doit s'arrêter," a dit l'évêque. "Avec le Président Bush en Afrique, le temps est venu maintenant pour les Etats-Unis d'envoyer à la fois les finances et le personnel pour participer à l'effort international de pacification. De plus, les Etats-Unis doivent contribuer au désarmement et à la réintégration des combattants, le soutien financier des personnes déplacées et des réfugiés, la mise en place du commerce équitable et juste et la conduite d'élections libres et justes."

Bush, dans sa visite éclair de plusieurs pays africains - hormis le Libéria - s'est inquiété de la crise libérienne. Une équipe d'experts militaires américains est arrivée au Libéria le 8 juillet pour évaluer les besoins du pays.

Le Libéria a une longue histoire avec l'Église Evangélique Méthodiste (EEM), qui a envoyé son premier missionnaire, Melville B. Cox, là-bas en 1832 - seulement 10 ans après que des esclaves américains libérés aient fondé le pays. Aujourd'hui, les congrégations à l'intérieur et à l'extérieur du pays, font face à la crise que traverse le pays avec l'oeuvre d'Entraide et de Secours de l'EEM.

Bropleh veut que l'église consulte la région de l'Afrique occidentale pour arrêter une stratégie de développement en faveur du Libéria et de ses voisins. Il invite toutes les parties intéressées dans l'église à participer au dialogue actuel avec les organisations existantes, comme l'Équipe spéciale chargée d'élaborer pour l'Afrique une Stratégie Holistique au sein de la dénomination. Les gens Intéressés peuvent entrer en contact avec lui lbropleh@aol.com.

"Rien en justifie cette brutalité, ces entorses aux droits de l'homme," a dit Bropleh, qui a été torturé comme adolescent pour avoir protesté contre le gouvernement de l'ancien président Samuel Doe. "Nous devons nous soucier des conséquences, si nous laissons la situation présente échapper à tout contrôle."

Sawyer tire de l'espoir des images d'un camp de réfugiés qu'il a visité au Libéria.

"Une des techniques que les rebelles ont employée consistait à couper les bras et les pieds de citoyens, tant d'enfants que d'adultes. Et j'ai donc visité un camp et là-bas, il y avait 300 enfants à qui manquaient un membre - soit un main soit un pied," a-t-il dit. "C'était très significatif pour moi de voir ces gens, le sourire aux lèvres, avec l'espoir chevillée à leurs coeurs d'avoir bientôt la chance de mener une vie meilleure - et les enfants de se lever à l'aide de leurs moignons et de leurs mains ... pour applaudir et louer Dieu -."

"L'Église Evangélique Méthodiste (EEM) suit un seul et même objectif: chercher la justice et la paix," a dit Bropleh. "L'Église Evangélique Méthodiste (EEM) ne doit pas se donner du repos tant que toute la famille ne jouit pas de la paix et de la justice de Dieu. Le Libéria ne fait pas exception."

* * *

*Lauber est rédactrice associée de la Conférence Annuelle de Washington & Baltimore.

Le 11 juillet 2003

********************


Source: Service de presse évangélique méthodiste (UMNS)

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"