Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 08.07.2003   Retour à l'aperçu

Angleterre, Pays de Galles, LLANDUDNO: le racisme et ses mensonges au coeur de conflit sur le droit d'asile, déclarent les Méthodistes britanniques

[Credits] Le pasteur Inderjit Bhogal vit dans ce que certains pourraient appeler "un quartier défavorisé" de Sheffield, ville du nord de l'Angleterre. Mais il dit ne pas partager cette avis. Ce pasteur méthodiste britannique trouve avantageux d'y vivre, d'autant plus comme membre nouvellement nommé du haut comité consultatif britannique gouvernemental sur l'égalité raciale.

"Je vis dans une zone multiculturelle de Sheffield," précisait Bhogal à l'Agence de presse évangélique méthodiste pendant la Conférence Méthodiste Britannique 2003. "Je prête attention à la base et je peux rapporter les soucis locaux et les vues locales (au gouvernement)."

Ancien président méthodiste britannique et première personne de couleur à avoir été élu à ce poste, Bhogal a dit qu'il avait été sollicité par des représentants gouvernementaux ici pendant des années, en particulier sur les questions de justice et d'équité relatives aux demandeurs d'asile.

"J'ai l'impression qu'il y a environ 50 millions de personnes à la recherche de protection - des gens ayant perdu la sécurité dans leur propre pays, vivant à la fois à l'intérieur et à l'extérieur de ces pays," a dit Bhogal. "La grande majorité de ces gens sont pris en charge par les pays avoisinants. Sur les pays les plus pauvres repose le fardeau le plus lourd: protéger des déracinés et exercer l'hospitalité.... Les réfugiés se présentent par vague successives dans les nations les plus prospères. Nous pourrions être plus hospitaliers et prendre sur nous une part plus grande du fardeau."

À sa conférence de juillet 2003, l'Église Méthodiste Britannique a publié un rapport officiel sur la justice raciale. Il a déclaré que "les demandeurs d'asile étaient démonisés comme de faux migrants, des immigrants illégaux et des migrants économiques vivant aux crochets de la capitale britannique et menaçant la culture britannique." Le rapport lance une mise en garde: ces idées signalent l'apparition d'un nouveau racisme et d'une nouvelle violence à l'adresse des gens de couleur et de ceux qui sont perçus comme venant "de l'extérieur" ou comme n'étant pas "comme nous."

"Il y a beaucoup de désinformation et de mythologie autour de la question du droit d'asile," a observé Bhogal. "On s'imagine que ces gens sont tous déterminés à vivre ici aux frais des systèmes de protection sociale et prêts à resquiller pour obtenir un bon logement et des emplois."

Selon un sondage effectué récemment par MORI à la demande du Conseil Britannique des Réfugiés, montre que les habitants du Royaume-Uni surestiment énormément le nombre de demandeurs d'asile et de réfugiés en Grande-Bretagne. En moyenne, ils pensent que 23 % des réfugiés et de demandeurs d'asile au monde sont au Royaume-Uni, soit plus de 10 le nombre effectif; la réalité est autre: moins de 2 % de réfugiés viennent au Royaume Uni. La Grande-Bretagne se place au dixième rang des pays de l'Union Européenne à accueillir des demandeurs d'asile.

Naboth Muchopa, secrétaire de la commission de l'Église Méthodiste chargée des relations inter-raciales et auteur du rapport de justice raciale, dit que cette désinformation couplée à la politique menée par le gouvernement britannique à l'égard des demandeurs d'asile dispersés un peu partout en Grande-Bretagne créaient une mentalité "où la victime est mise en accusation" aboutissant à de la violence. Au cours des deux dernières semaines de juin, des demandeurs d'asile ont subi des aggressions d'ordre raciste à deux reprises à Plymouth au sud-ouest de l'Angleterre et à Wrexham près de la frontière anglo-galloise du nord.

"Voilà des attitudes adoptées au sein de communautés censées accueillir (les chercheurs d'asile)," a dit Muchopa.

Pour Muchopa et Bhogal, les Eglises sont impliquées dans l'aide apportée aux demandeurs d'asile, mais ils reconnaissent aussi que les Méthodistes ont à combattre d'autres manifestations du racisme dans leur propre milieu.

"Par exemple," précise Muchopa, "la visibilité des Noirs et des Asiatiques dans l'Eglise est loin d'être ce que nous voudrions.... Il doit y avoir une grande volonté politique dans le reste de l'Eglise et nous devons nous donner les moyens de traiter cette question."

Bhogal est plus direct. "Nous l'avons déjà dit pendant des décennies. Maintenant nous voulons que la Conférence Méthodiste nous prouve clairement que ce que nous ne cessons de dire est enfin entendu.... Nous sommes tous de manière égale une partie du corps du Christ. Cela ne laisse aucune place à de l'injustice raciale ou à n'importe quelle autre injustice de cet ordre dans notre Eglise."

* * *

Le 7 juillet 2003

*************************************


Source: Service de presse évangélique méthodiste (UMNS)

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"