Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 08.12.2003   Retour à l'aperçu

France, CPDH: Appels à la PRIERE

[Credits] "Recherchez la paix de la ville où je vous ai déportés et intercédez auprès de l'Eternel en sa faveur, parce que votre paix dépendra de la sienne. ". Jérémie 29/7

Dans les semaines à venir, des décisions très importantes quant au respect de la dignité humaine et de la liberté religieuse vont être prises par nos autorités. Le Seigneur nous demande de prier pour notre gouvernement afin que la Paix puisse régner dans notre ville ou plus largement dans notre pays (cf Jérémie 29/7). Des lois "dangereuses" pour le respect de l'intégrité de l'homme en tant que créature de Dieu risquent d'être votées. Votre implication dans l'intercession, à nos côtés, peut influencer positivement les votes et les décisions de nos autorités.

A l'avance, soyez remerciés pour votre soutien dans la prière.

REVISION DES LOIS DE BIOETHIQUE

Contexte et repères


Le statut de l'embryon est au cœur du débat du projet de loi de bioéthique qui viendra les 9 et 10 décembre 2003 en deuxième lecture à l'Assemblée nationale. Les choix qui seront fait détermineront notamment l'utilisation ou non d'embryons dit "surnuméraires" et "sans projet parental" à des fins de recherche mais aussi la possibilité de cloner des êtres humains (clonage reproductif et/ou thérapeutique).

Au cas ou ces possibilités seraient données, ce serait une atteinte grave au respect de la vie humaine dès sa conception, principe fondateur comme le rappel pourtant le Ministre de la santé J.-F. Mattéi. Ce serait avaliser une "chosification" de l'être humain ramené au rang de matériel de laboratoire.

Sujets de prière

- Prier pour une prise de conscience des députés et sénateurs.

- Prier pour qu'ils aient du courage et du discernement pour refuser les recherches sur l'embryon et en général l'utilisation de l'embryon comme " matériel de recherche " sans plus grande considération que pour des rats de laboratoires.

- Prier pour le développement des voies de recherches (cellules souches adultes) qui garantissent le respect de la dignité de l'homme de sa conception à sa mort naturelle.

- Prier pour que les principes éthiques fondamentaux soient préservés dans notre pays et qu'ils priment sur les enjeux financiers et idéologiques.

AMENDEMENT GARRAUD

Contexte et repères


Malgré un vif débat lors de sa présentation en deuxième lecture à l'Assemblée Nationale (le 27/11/03), l'amendement présenté par Jean-Paul Garraud, a été adopté par les députés, créant ainsi un délit d'interruption involontaire de grossesse. Ce texte doit maintenant être examiné en première lecture par les sénateurs au mois de janvier. S'il est définitivement accepté il punira "d'un an de prison et 15.000 euros d'amende une interruption de grossesse provoquée par une maladresse, une imprudence, une inattention, une négligence ou un manquement à une obligation de sécurité". Ces peines seront doublées en cas de "violation manifestement délibérée d'une obligation particulière de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement". Cet amendement semble déranger, suscitant des polémiques et faisant maintenant l'objet de nombreuses pressions. Depuis son adoption de vives critiques se sont faites entendre, notamment des partisans de l'avortement qui y voient une "brèche dangereuse" dans le "droit des femmes à l'avortement". Le Mouvement Français du Planning familial (MFPF) en déclarant "qu'il serait trop dangereux de chercher une formulation qui laisse supposer qu'avant la naissance, le foetus existe même avec un statut pas encore défini, alors qu'aujourd'hui, dans le droit français, la femme et son foetus ne font qu'un" a demandé son "retrait complet" ne se satisfaisant pas des promesses d'aménagement du texte faites par M. Perben. François Hollande a demandé au Premier ministre Jean-Pierre Raffarin de "faire repousser par le Sénat" l'amendement voté par les députés, et les députés UDF ont demandé au gouvernement de "renoncer" par "sagesse" à l'amendement.

Sujets de prière

- Prier pour que malgré les pressions, l'amendement soit accepté par le Sénat.

- Prier pour la mise en place d'une loi juste qui prenne en compte la détresse des femmes confrontées à la perte d'un enfant dans ces circonstances dramatiques.


INTERDICTION DE PORT DE SIGNES RELIGIEUX OU LOI SUR LA LAÏCITE

Contexte et repères


La Commission Stasi, installée le 3 juillet par Jacques Chirac pour réfléchir à "l'application du principe de laïcité dans la République" et faire un diagnostic de la laïcité française devrait rendre ses conclusions d'ici la fin de l'année. Même si la décision ne sera prise qu'au vu de ces conclusions, de nombreux protagonistes politiques ont déjà donné leur avis. Qu'il s'agisse d'une loi sur la laïcité ou d'une disposition intégrée à la nouvelle loi d'orientation sur l'école, ou encore d'un code de la laïcité, le risque est que cela soit un prétexte à un contrôle et à une limitation du fait religieux.

Sujets de prière

- Prier pour qu'à partir de la crainte de l'ostentatoire ne se développe pas une attitude attentatoire à la liberté de conscience et de religion, droit humain fondamental.
- Prier pour que la fracture sociale actuelle révélée par la montée en puissance des communautarismes ne se transforme pas en nouvelle fracture religieuse.
- Prier pour que tous les acteurs de notre pays recherchent comment associer à la vie nationale les apports constructifs de tous, y compris des groupes religieux.
- Prier pour que la solution choisie assure la cohésion sociale dont notre pays a tant besoin.


Source: Comité Protestant évangélique pour la Dignité Humaine (CPDH)

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"