Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 15.07.2002   Retour à l'aperçu

Etats Unis: une commission évoque la question de l'accueil à la Sainte Cène

[Credits] par Linda Green*

Un groupe d'évangéliques méthodistes se concentre sur une question délicate: il cherche à aider l'Eglise à comprendre le sens de la Sainte Cène: qui peut s'approcher de la Table?

Pour la commission d'étude de la Sainte Cène, cette question est compliquée par la tension entre l'ordre implicite des sacrements - le baptême précédant la Sainte communion - et l'ordre officieux ayant cours au sein de l'Eglise Evangélique Méthodiste, mais largement pratiqué de "la table ouverte."

"Il n'y a pas de problème, toute personne qui s'approche de la Table est servie," a dit le pasteur Dan Benoît, un des responsables de la commission pour la formation des laïques de l'EEM. "C'est une question de discipline et de compréhension théologique: qui est invité à la Table?"

L'hospitalité à l'égard des chercheurs est importante, a dit le pasteur. L. Edouard Phillips, président de la commission et professeur associé de théologie historique au Séminaire Théologique Évangélique de Garrett apparenté à l'EEM, à Evanston, Illinois. La commission doit déterminer la meilleure façon d'exprimer l'hospitalité chrétienne par rapport à la vie sacramentelle, a-t-il ajouté.

"Il n'est pas question d'interdire à quiconque l'accès à la table, mais plutôt de préciser quelles pratiques relatives au baptême et à la Sainte Cène sont de nature à pousser les chercheurs à une vie de disciple responsable," a dit Phillips.

Le thème de "l'accueil" à la Sainte Cène est revenu plusieurs fois pendant la troisième réunion de la commission, du 19 au 22 juin, dans une abbaye de Boston. Le groupe de 19 membres prépare un document complet sur la théologie et la pratique de la Sainte Cène au sein de l'Eglise Evangélique Méthodiste (EEM). Les résultats de cette étude seront annoncés à la Conférence Générale (CG) de 2004, le corps législatif supérieur de la dénomination.

La Conférence Générale (CG) de l'an 2000 a mandaté la commission pour la formation des laïques, en collaboration avec le Conseil des évêques, pour organiser la commission. Une pétition présentée à la Conférence Générale (CG) avait noté que l'Eglise attribuait une grande importance à la Sainte Cène, tout en ayant également une compréhension réduite de la théologie et de la pratique eucharistiques.

La Conférence Générale (CG) a estimé dans une résolution qu'une étude était nécessaire à cause de la diversité des questions et des pratiques liées à la fréquence, "à la dignité" des destinataires, aux éléments appropriés, aux méthodes de distribution, à l'autorité pour administrer la Cène, à la longueur du service, aux formes de présidence, aux différentes formes de pratiques comme aux différentes significations que prend le sacrement du Repas du Seigneur.

La commission d'étude a estimé que le Repas du Seigneur était un élément "extrêmement important" dans la recherche de l'unité de l'Eglise de Jésus Christ. La commission a dit que les évangéliques méthodistes avaient besoin de se mettre au travail pour évaluer leur position par rapport aux autres Eglises sur les questions de la présence, de la fréquence de la célébration, du baptême en rapport avec l'Eucharistie et d'autres questions. À cause des liens oecuméniques de la dénomination, l'EEM cherche à travers cette étude à aider les autres Eglises à comprendre les positions évangéliques méthodistes sur la Sainte Cène.

À la réunion de Juin, la commission est revenue dans ses discussions sur la question de l'accueil à la Cène. En discutant du rapport entre la Sainte Cène et l'évangélisation, les membres de la commission ont décidé que "tous ceux qui communient tout en n'étant pas baptisés doivent être invités à entrer en relation avec les pasteurs et leur faire part de leurs questions; les pasteurs les inviteront à poursuivre leur marche spirituelle et à croître comme des gestionnaires de la grâce communiquée dans la Sainte Cène."

La commission a consacré une partie de sa réunion à écouter 35 représentants de la Conférence Annuelle (CA) de la Nouvelle Angleterre. Les orateurs ont partagé leurs réactions quant aux documents en projet sur la Sainte Cène, aussi bien que leurs propres espoirs et leurs propres soucis. Cette session aidera les membres de la commission dans la rédaction de l'étude commanditée par la dénomination. La commission comprend comme membres des évêques, des responsables d'agences mondiales, des pasteurs, des étudiants, des professeurs et des théologiens de Faculté ainsi que des des laïcs.

"Ce Saint Mystère," un projet de document écrit par le pasteur Gayle Felton, consultant auprès de la commission pour la formation des laïques, décrit la signification théologique de la Sainte Cène, son contexte historique, la compréhension qu'en a l'EEM et l'évaluation des rituels et des pratiques actuels, les questions de l'administration de la Cène et les points de tension dans l'Eglise.

La commission a aussi examiné des études préparées par d'autres membres de la commission comme par des auteurs extérieurs: ils ont montré dans leurs travaux comment les pasteurs et les laïcs sont "des co-célébrants" et précisé le rapport qui existe entre la Sainte Cène et la dimension morale de la vie de disciple. Certains de ces documents comme d'autres travaux de la commission sont accessibles en ligne à http://www.umcworship.org; il suffit de cliquer sur "l'Étude de la Sainte Cène," sous la section "worship".

En conclusion de sa dernière session, la commission a mis en lumière le besoin de formation à la fois des pasteurs et des laïcs; il y a aussi le souci de faciliter l'accès à la table, la question de l'apparent "privilège clérical" pour la présidence de l'Eucharistie; et la question de la présence réelle appréciée diversement

- comme une 'commémoration' qui voit la communion comme un simple souvenir du Christ et

- avec un réalisme qui identifie la présence du Christ aux éléments eux-mêmes,"
.

Selon Thelma Flores, une laïque et membre de la commission de San Antonio, la dernière session "nous a rappelé à quel point le travail que nous devons faire au nom de l'Eglise est central et critique."

Sophie Pieh partage son avis. L'étudiante en deuxième année à Université de Hall Seaton dans l'Orange du Sud, N.J., a dit que la commission "essayait de créer un document susceptible d'être utilisé comme un guide sur la question de la communion et de la rendre plus compréhensible à chacun."

Pour le pasteur Sally Havens, diacre permanent et responsable de "Aldersgate Renewal Ministries" à Goodlettsville, Tenn., les auditions des invités ont montré le désir uniforme des pasteurs et des laïcs d'un surcroît de formation sur la Cène.

Du monde entier sont parvenus des messages électroniques à la Commission: beaucoup de personnes dont le lien entre la Sainte Cène et toute oeuvre de justice et de compassion. "A travers la Sainte Cène, l'Esprit Saint forme de manière indélébile notre vie morale et éthique, nous renouvelle comme nouvelle création de Dieu..." affirmait la commission.

Les documents d'étude portant sur le rapport entre la Sainte Cène et la justice sociale devront tenir compte de la diversité des âges et de la différence de niveaux, des étudiants aussi, telle est la conclusion de l'enquête menée par la commission. Pour cette commission, la célébration du Repas du Seigneur doit aider à faire comprendre "la liaison intrinsèque" entre la table et la sainteté personnelle et sociale.

Beaucoup de personnes estiment ne pas être dignes de participer à la Sainte Cène ou au Repas du Seigneur, parce qu'à rompre le pain, on partage le corps même du Christ et qu'à partager la coupe, on communie au sang même du Christ, ont noté les orateurs. Selon quelques traditions et dans quelques secteurs géographiques, les enfants n'ont pas accès à la communion parce qu'ils sont supposés ne pas comprendre la signification et la sainteté de l'acte.

La commission a examiné la question "de la dignité" et qualifié le Repas du Seigneur de nourriture et de traitement spirituels formant chacun à l'obéissance joyeuse, une image fortement répandue. En recevant la Sainte communion, "nous accueillons Jésus Christ dans nos vies pour nous guérir du péché personnel et collectif et nous donner la liberté et la force d'attendre la venue du Royaume de Dieu," ont dit les membres de la commission.

La célébration de Repas du Seigneur est l'affaire de tous et pas seulement celle du pasteur, relève le groupe.

La commission se rencontrera du 14 au17 novembre à Nashville, Tenn. Elle se mettra à l'écoute des pasteurs et des laïcs de la Juridiction du Sud-est. En 2003, la commission se retrouvera à Evanston et à San Antonio pour écouter les juridictions du Centre/Nord et du Centre/Sud .

* * *

*Green est journaliste de l'Agence de presse évangélique méthodiste à Nashville, Tenn.

12 juillet 2002

*************************************


Source: Service de presse évangélique méthodiste (UMNS)

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"