Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 22.04.2002   Retour à l'aperçu

Angleterre: remous autour de la succession de l'Archevêque de Canterbury

[Credits] À la différence des papes, qui meurent à leur poste, les Archevêques de Cantorbéry ont tendance à se retirer après une décennie ou au cours de leur mandat. L'archevêque actuel, George Carey (un évangélique comme Coggan avant lui), a annoncé son départ à la retraite cette année. Il est seulement dans la soixantaine, mais il est manifestement lassé de sa charge pastorale. Il avait réussi à faire accepter par son Eglise l'ordination des femmes, mais subi une forte humiliation le jour de Pâques du fait d'homosexuels.

Même si ce poste est loin d'être attrayant, les candidats à la succession de Carey sont légion et la compétition rude. David Stancliffe, évêque de Salisbury, la nomme "une guerre de gang." Les accusations volent. Par exemple, les ennemis de Rowan Williams, l'Archevêque du Pays de Galles, ont révélé que, comme jeune doyen d'Université, il avait fait irruption dans une base militaire américaine dans le cadre d'une manifestation anti-nucléaire en 1985.

Michel Nazier-Ali, l'évêque de Rochester, a subi les attaques les plus fortes: il a été accusé de falsifier sa date de naissance, d'avoir été catholique dans sa jeunesse et d'avoir été baptisé au sein de l'Église Méthodiste. Richard Chartres, l'évêque conservateur de Londres, a été critiqué pour avoir quitté le Séminaire Théologique dans les années 60 pour travailler dans un supermarché et dans une ferme. Ses critiques le décrivent comme ayant été un excentrique au cours de ses années d'études.

L'autre candidat modéré au poste d'Archevêque de Cantorbéry, Christophe Herbert, évêque de St. Alban's, n'a pas non plus échappé aux critiques. Des anglo-catholiques en colère le qualifient "de libéral intolérant" qui leur avait refusé des postes importants dans son diocèse.

"Je soupçonne que tous les candidats en compétition pour le poste de Cantorbéry seraient plus heureux d'être pape", relève avec ironie David Yount, l'auteur du livre "What Are We to Do? Living the Sermon on the Mount" (Sheed & Ward).


Source: nandotimes

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"