Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 27.03.2001   Retour à l'aperçu

Commentaire: Confrontation foi-science à l'université

[Credits] Un commentaire du Service de Presse Evangélique Méthodiste par le pasteur Kenneth H. Carter jr.*

Chaque automne, c'est la même histoire. Une jeune femme entre à l'université. Appelons-là Susan. Susan peut être décrite de deux façons: elle est brillante, intelligente et motivée pour les études; d'autre part, elle est attachée aux valeurs spirituelles, religieusement active et consacrée à Dieu. Lorsque les cours commencent à l'université, ces deux dimensions essentielles de la vie de Susan entrent en conflit.

Le conflit est presque inévitable lorsque Susan pénètre dans le domaine scientifique: biologie, physique, sciences de la terre, astronomie, chimie. L'exercice intellectuel est stimulant, mais Susan est confrontée à une vision du monde qui ne concorde pas avec sa foi. Dans sa forme extrême, la vision scientifique du monde est réductionniste, mécaniste et atomistique. En d'autres termes, il n'y a pas de réalité autre que ce qui est matériel, mesurable, empirique. Nous ne sommes pas des êtres spirituels, lui apprend-on, mais un amas de molécules.

Tout ceci peut être traumatisant pour Susan, parce cela remet en question toute l'expérience de la foi acquise à ce jour, une expérience qui n'est peut-être pas plus grande que celle d'une des grandes élèves de l'école primaire. Les fondements sur lesquels elle construit sa vie risquent alors d'être ébranlés. Susan commence à remettre en question tout ce qui lui a été enseigné jusqu'à ce point de son existence. La confrontation peut être vue sous forme d'assertions concurrentes:

“Nous sommes créés à l'image de Dieu” (Genèse 1, 26).
* Nous partageons 98 % de notre ADN avec les chimpanzés.
* En six jours, Dieu créa les cieux et la terre (Genèse 2.1)
* Il y a dans le sous-sol du Grand Canyon des granits vieux de deux milliards d'années, du calcaire vieux de 500 millions d'années et des grès vieux de 300 millions d'années.
* Nous croyons en Dieu, créateur de toutes les choses visibles et invisibles (Symbole de Nicée).
* La création de la vie, comme le montre le récent débat sur la recherche en matière de cellules souches, a lieu partout dans le monde, au sein d'établissements académiques, industriels et hospitaliers.

Susan peut chercher une solution à ce conflit dans le cadre d'un groupe universitaire religieux qui, année après année, a accompagné des étudiantes comme elle. Certains de ces groupes universitaires sont très méfiants à l'égard des sciences, de la vision du monde de scientifiques qui sont agnostiques ou athées et leur réponse est par conséquent ferme et sans compromis. Encore que ce soit bien intentionné, cela risque de créer dans l'esprit de Susan une division entre la vie spirituelle et la vie intellectuelle, entre son identité de chrétienne et sa vie professionnelle.

La foi chrétienne est partie prenante du dialogue qui est mené à l'intérieur de Susan et, extérieurement, dans toutes sortes d'endroits. Les chrétiens sont intéressés à la découverte de la vérité, comme le sont les scientifiques. Les chrétiens croient aussi que Jésus est l'incarnation (la parole faite chair, Jean 1) de Dieu et par conséquent, nous estimons le monde matériel comme le font nos amis les scientifiques.

Deux concepts simples peuvent aider quelqu'un comme Susan lorsqu'il y a confrontation entre les enseignements de la foi et de la science. L'un est le mystère. Les chrétiens, aussi bien que les scientifiques, reconnaissent qu'il y a beaucoup de choses que nous ne savons pas à propos de notre monde. Par la foi, nous croyons que Dieu a créé les cieux et la terre (Genèse 1-2), mais quiconque a observé le fond du Grand Canyon doit admettre que la création est quelque chose de mystérieux. Et bien sûr, face au mystère, nous serons sans doute impressionnés, admiratifs et conduits à la louange, dans la présence de Dieu qui donne et maintient la vie.

Un deuxième concept est l'humilité. Les chrétiens peuvent être plus honnêtes quant au peu de choses que nous savons des sciences. Et les scientifiques peuvent admettre que leur critique de la foi est souvent basée sur des clichés non crédibles pour n'importe quelle personne qui réfléchit tant soit peu. Tant les chrétiens que les scientifiques peuvent se montrer moins critiques et plus humbles face à la vérité que nous recherchons, bien que par des voies différentes.

Nos Eglises et les aumôneries universitaires peuvent aider Susan à trouver sa voie parmi les problèmes qui surgissent quand la foi et la science sont dressées face à face. Nous pouvons l'aider à rester enracinée dans l'Ecriture, qui parle d'un Dieu qui crée, mais dont la création dépassera toujours notre entendement (Job 38-39). L'Ecriture peut l'aider à éviter la douleur et la confusion ressenties quand la foi est détruite, quand l'arrogance intellectuelle rejette Dieu et quand il n'y a pas l'ouverture d'esprit nécessaire pour la découverte de la vérité.

Une place plus large accordée au mystère et à l'humilité peut aider des étudiants de niveau universitaire à surmonter ces contradictions au moment où ils deviennent adultes en tant que chrétiens fidèles.

# # #

* Carter est pasteur principal de l'église évangélique méthodiste Mont Tabor, à Winston-Salem, Caroline du Nord.

Les commentaires publiés par le Service de presse évangélique méthodiste ne représentent pas nécessairement les opinions ou les lignes directrices du Service de presse évangélique méthodiste ou de l'Eglise Evangélique Méthodiste (EEM)
Original : anglais
Traduction: FS/23.03.01


Source: Service de presse évangélique méthodiste (UMNS)

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"