Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 18.06.2001   Retour à l'aperçu

Suisse/France: le dimanche des réfugiés les 16 et 17 juin 2001

[Credits] Journée des Réfugiés en France

A l'occasion des 50 ans du Haut Commissariat des Nations unies pour les Réfugiés (HCR), la France a aussi célébré ce dimanche 16 juin aux réfugiés installés aujourd'hui dans le pays. Une séance extraordinaire s'est tenue à l'Assemblée Nationale en vue de l'adoption du texte de "l'appel de Paris" par acclamation, et 577 réfugiés ou anciens réfugiés résidant en France ont siégé dans l'hémicycle au nom des 21 millions de personnes aujourd'hui sous mandat de protection du HCR. Ils ont été choisis avec l'aide des associations travaillant auprès des réfugiés, pour leur représentativité de l'histoire de l'asile en France. "L'appel de Paris" demande aux Etats d'appliquer les principes de la Convention de Genève de manière non restrictive et de faire évoluer le droit international en vue d'une prise en compte des problèmes actuels des réfugiés. Il sera adressé par l'Assemblée nationale aux présidents des parlements du monde entier.

Les chrétiens ont un devoir de solidarité avec des milliers de personnes qui vivent la difficile condition de réfugiés de par le monde. Malheureusement, cette plaie ne cesse de s'étendre ces dernières années: par conséquent, le besoin d´une protection internationale augmente, ainsi que le nombre des pays qui tendent à la limiter.

Il est souhaitable que partout disparaissent les causes des migrations forcées et que des efforts soient faits pour que les réfugiés ne manquent pas de la juste compréhension et de l´assistance nécessaire. La FEPS, dont l'EEM est membre, lance un appel allant dans ce sens.

Appel de la part de la FEPS

Certains d'entre nous savent peut-être par expérience personnelle, et douloureuse, que fuir son pays n'est pas synonyme de voyage confortable.

Nous avons tous vu les images de ces bateaux où s'entassent des réfugiés. Nous avons tous en tête les informations concernant des réfugiés naufragés, épuisés ou morts.

Quelle mère entreprendrait de son plein gré un voyage de plusieurs jours avec son enfant, cachée dans l'obscurité d'un camion ? Quel homme risquerait la mort par naufrage, s'il n'était pas poussé par la détresse? Il existe d'innombrables raisons de quitter son pays, mais il est certain que personne ne fuit le coeur léger. Ces gens fuient la guerre, la misère sociale, l'arbitraire ou la violence. Ils sont en fuite, parce que dans leur pays, il n'y a pas assez à manger, parce qu'ils n'ont pas la bonne religion ou la bonne couleur de peau, ou parce que leurs enfants ne peuvent pas aller à l'école.

Sur les 50 millions de réfugiés de par le monde, 17'611 ont demandé asile en Suisse l'année dernière. Cela nous fait souvent peur, de voir des étrangers venir dans notre pays. Des gens qui ont une autre langue, d'autres coutumes, une autre religion. Mais qui sont d'abord des êtres humains, qui dépendent de notre aide. Les cas particuliers où des demandeurs d'asile contreviennent à la loi doivent être pris au sérieux et réprimés. Mais ces exceptions ne nous donnent pas le droit de soupçonner en bloc, de sanctionner, d'isoler sans distinction.
Le sabbat et le dimanche des réfugiés sont placés sous la devise «Respect», choisie pour les 50 ans de la Convention de Genève sur les réfugiés et du Haut-commissariat de l'ONU aux réfugiés, et que les oeuvres d'entraide ont reprise.

Le respect n'est pas la pitié des forts pour les faibles.

Le respect ne veut pas dire tout laisser faire.

Respect veut dire bien plus, c'est assurer à autrui dignité et liberté, l'accepter dans sa différence. Cette attitude est fondamentale pour une cohabitation réussie - dans la famille, dans la vie professionnelle, dans l'Etat, dans les communautés de foi et précisément aussi entre êtres humains d'origine, de couleur de peau et de religions différentes.

Respect et amour du prochain vont de pair.

Respect et considération mutuelle frayent la voie à un monde plus juste, dans lequel toujours moins d'êtres humains devront quitter leur pays.

Ce monde plus juste, nous pouvons aider à le bâtir en vivant dans le respect d'autrui, et en soutenant les êtres et les organisations qui accueillent les réfugiés dans leur détresse, les accompagnent sur le chemin de l'intégration et les aident à trouver une nouvelle patrie.

Conférence des évêques suisses Fédération des Eglises protestantes de Suisse Eglise catholique chrétienne de Suisse Fédération suisse des communautés israélites


Source: bulletin SEK-FEPS 2/2001 & EEMNI

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"