Vieille version de cette page EEMNI par E-Mail EEMNI auf Deutsch
             
EEMNI - 01.06.2001   Retour à l'aperçu

Etats Unis, Washington: un auteur et militant vert déclare que l'environnement est "une crise morale" et que les Eglises doivent lutter contre toute atteinte à l'environnement

[Credits] L'atteinte à l'environnement est "la crise morale de notre temps"; à ses yeux, le plan énergétique proposé par l'administration Bush est "tragique", déclare l'auteur et militant vert Bill McKibben. McKibben est membre laïc de l'Eglise Evangélique Méthodiste (EEM). Il parlait à une conférence organisée par l'"Environmental Justice Working Group" du Conseil National des Eglises des USA du 20 au 23 mai à Washington.

La plupart des 350 personnes participantes étaient principalement issues d'Eglises membres de la NCC, mais il y avait aussi environ 10 Catholiques Romains, quelques Juifs, un Musulman et un Bouddhiste, selon le pasteur Richard Killmer, principal organisateur de la conférence.

"Avant 1995, [les scientifiques] étaient capables de confirmer définitivement que les gens réchauffaient la planète," a dit McKibben; il a aussi expliqué que quand il avait écrit "The End of Nature" (la Fin de Nature) à la fin des années 1980, cette idée n'était toujours qu'une théorie encore non prouvée. Ce livre et la plupart de ses autres écrits ont dès lors traité du changement de climat ou du réchauffement global de la planète. Les cinq années qui ont suivi l'année1995 ont été les plus chaudes jamais enregistrées, a-t-il ajouté.

Ce changement du climat mondial explique la multiplication des inondations, parce que non seulement les blocs de glace polaire se réduisent mais l'eau des océans se réchauffe et l'eau s'étend, quand elle se réchauffe, a-t-il fait remarquer.

Il a parlé du Delta du Bangladesh, qu'il avait visité l'année dernière, comme une illustration des effets de l'inondation. Placé sur le delta de deux rivières principales, le Bangladesh a dépendu d'une inondation douce annuelle pour devenir un des secteurs les plus fertiles de la terre, a dit McKibben, mais en 1998, l'année la plus chaude jamais enregistrée, les deux-tiers du pays ont été submergés pendant environ trois mois et tout un cycle entier de récolte a été perdu.

En conséquence, un pays aussi dense en population que le Bangladesh, qui pouvait d'habitude s'alimenter ne l'a pas pu cette fois-ci et pour la première fois la fièvre de Dengue est parvenue au Bangladesh. La propagation de cette maladie potentiellement fatale est un des effets du réchauffement mondial prévu par des scientifiques, a noté McKibben.

Dans le monde entier, une personne sur 20 a été obligée de quitter sa maison cette année en raison d'une inondation, a annoncé McKibben, un total d'environ 320 millions de gens ont été perturbés par des inondations. Il a rapproché les inondations du Bangladesh et d'autres endroits dans le monde avec la consommation d'énergie aux Etats-Unis, où, a-t-il expliqué, 4 % environ de la population mondiale produit 25 % environ du bioxyde de carbone qui cause le réchauffement mondial.

"Nous sommes responsables de l'inondation du Bangladesh," a dit McKibben.

Le problème de l'environnement soulève de profondes questions morales. Dans le récit biblique de la création, "le monde n'a pas commencé par nous - mais par tout le reste," a noté McKibben. Maintenant, nous assistons comme jamais dans le monde à l'extinction des espèces, puisque les dinosaures ont disparu avec beaucoup d'autres espèces il y a 65 millions années, a-t-il dit.

"Si les gens, trois générations avant nous, nous avaient fait cela, nous les détesterions," a-t-il affirmé.

Il a noté qu'à la fois l'ancien Président George Bush et le Président Bill Clinton avaient promis de limiter les émissions de bioxyde de carbone au niveau de 1990, mais les deux présidents ont échoué dans leur entreprise. Les émissions étaient 12 % plus élevées en l'an 2000 et, ajoute McKibben, l'administration actuelle veut encore en faire moins en réduisant les exigences par rapport à la pureté de l'air et en augmentant la consommation d'énergie.

McKibben a qualifié le plan énergétique proposé par l'actuel Président George W. Bush. le 17 mai dernier comme "tragique" parce qu'il "nous enferme dans la production toujours plus forte de bioxyde de carbone." Le plan signifie "davantage de carbone libéré de la terre et jeté dans l'atmosphère," avec le réchauffement de la planète comme conséquence. Que la température augmente de cinq degrés même en un siècle, et nous ne pouvons envisager qu'un avenir épouvantable, a-t-il averti.

"Cette cause est aussi importante que la Campagne pour les droits civils des années passées," a-t-il déclaré. Les participants de la conférence ont été sommés d'obtenir (de leurs autorités) que davantage de personnes soient impliquées dans ce combat écologique (réduction de dépenses énergétiques et lutte contre le réchauffement global).

Les groupes religieux doivent prendre au sérieux la question de la consommation d'énergie, a-t-il dit, parce qu'ils sont la seule famille de pensée n'assimilant pas le sens de la vie à une simple accumulation de marchandises, ils sont la seule grande institution à pouvoir encore noyauter la confiance des gens dans la société de consommation comme but ultime de la vie. En même temps, McKibben lançait une mise en garde: si les croyants perdent cette bataille, "nous commençerions aussi à oublier, pourquoi nous sommes en premier lieu des personnes religieuses".

23/31 mai 2001


Source: Newscope / United Methodist News Service

-----------
Toute remarque et tout courrier à propos des EEM Nouvelles Internationales sont à adresser à:
"jeanphilippe.waechter at umc-europe point org"